Annonces imobilieres et Vehicules
     Guide-dz.com

site algerien de rencontre Guidedz


    نتائج البحث عن “site” – Flash info dz
    موقع Flash info dz

    Nuevas fotos sensuales de Irina Shayk en bikini_Spanish.china.org.cn …
    12/12/16 - 12/12/2016 10:16:20 PM GMT

    … MAGIE DES NUITS BLANCHES pour 5 jours du 14 au 18 Juin 2016 en avion
    12/12/16 - 12/12/2016 10:15:14 PM GMT

    Vol Nantes Cracovie : achat billet avion Nantes-Cracovie
    12/12/16 - 12/12/2016 10:15:14 PM GMT

    133 Route de Narbonne – Université Paul Sabatier – Faculté de …
    12/12/16 - 12/12/2016 10:14:37 PM GMT

    Cascades de Kefrida entre Setif et Bejaia | Chooff
    12/12/16 - 12/12/2016 10:13:42 PM GMT

    amitie-ca-compte
    12/12/16 - 12/12/2016 10:13:42 PM GMT

    … Coiffure afro, Webzine afro, Beauté noire et métissée, soins des
    12/12/16 - 12/12/2016 10:13:33 PM GMT

    On y était : Projection du film Dagmar – l’Ame des Vikings | Anita …
    12/12/16 - 12/12/2016 10:13:23 PM GMT

    Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Life is strange PS4 – Avis
    12/12/16 - 12/12/2016 10:13:22 PM GMT

    asics gel lyte iii vs new balance | Raa Chlef
    12/12/16 - 12/12/2016 10:12:38 PM GMT

    Actualite Sports Politique sante economie » Résultats de recherche » site
    Guide-dz.com

    Le joli geste des étudiants pour l’agent de sécurité de leur fac
    24/12/15 -

    Le joli geste des étudiants pour l'agent de sécurité de leur facNOËL - Marcus Burns en a même versé une larme. À l'approche des fêtes de Noël, plusieurs étudiants en commerce de l'université de Georgia Tech à Atlanta, l'une des meilleures des États-Unis et située, ont eu l'idée d'offrir un cadeau à celui qu'ils considèrent comme un acteur majeur de leur réussite scolaire: un agent de sécurité toujours de bonne humeur et prompt à leur remonter le moral dans les moments difficiles.




    Chlef : Les écoles privées sont inexistantes
    24/12/15 - Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la wilaya de Chlef, qui abrite une population estimée à 1 100 000 habitants, ne dispose pas d’école privée. L’unique établissement ouvert à Ténès, au tout début de la nouvelle expérience, n’a pas fait long feu pour diverses raisons. Selon nos informations, le projet lancé en 2004 par le gouvernement ne suscite pas d’engouement chez les fonctionnaires retraités de l’éducation et les investisseurs de la région. A en croire un élu de l’APW, ce désintérêt peut être lié à l’absence de culture d’enseignement privé organisé dans la wilaya, puisque beaucoup de parents préfèrent confier leurs enfants à des enseignants «clandestins». Ce phénomène, qui prend de l’ampleur, a tendance à s’ancrer dans la société au su et au vu de tout le monde. Qu’est-ce qui empêcherait alors la création d’écoles privées ? La lenteur des procédures bureaucratiques ou l’absence d’encouragement de la part de l’administration de l’éducation et des autres services impliqués dans le dispositif. Une chose est sûre : les élus et responsables concernés n’ont pas accordé suffisamment d’importance au sujet en organisant, par exemple, des rencontres de sensibilisation destinées aux investisseurs qui hésitent à entrer dans ce secteur. D’après le décret exécutif daté du 24 mars 2004, la création d’une école privée est sujette à une autorisation préalable, comme indiqué dans l’article 13. Celui-ci stipule que «toute demande d’autorisation de création, accompagnée d’un dossier technique, doit être déposée auprès de l’inspection académique d’Alger ou de la direction de l’éducation de la wilaya du lieu d’implantation de l’établissement privé, qui en vérifie la conformité avec les clauses du cahier des charges».                            

    Le projet Dar Waha sur la bonne voie, selon ses concepteurs
    24/12/15 - Initié par l’association Waha en 2011, où en est aujourd’hui le projet de réalisation d’une résidence pour accueillir les malades du cancer et leurs proches ? Selon les concepteurs de Dar Waha, le projet destiné à être réalisé sur un terrain de 6000 m2 situé à Ali Mendjeli est sur la bonne voie après la levée des contraintes administratives par les autorités locales, mais aussi grâce à l’implication citoyenne, d’entreprises et de particuliers, qui s’est exprimée par des dons en nature ou en espèces, mais aussi par l’aide à la construction ou en temps de travail. Rappelons que le projet Dar Waha est une structure d’accueil ouverte aux malades atteints de cancer qui, par nécessité thérapeutique, doivent se déplacer d’une ville à une autre. Entre différentes séances de radiothérapie, le malade n’a pas matériellement le temps de se déplacer quotidiennement entre l’hôpital et sa demeure. Il lui faut donc, selon l’association Waha, un relais, une oasis. Ce qu’espère lui offrir Dar Waha. Un espace parenthèse, où le malade, qu’importe sa condition, trouve lit, nourriture, loisirs et amis pour se ressourcer, le temps d’engager une nouvelle manche avec la thérapie.

    Yakouren (Tizi Ouzou) : «L’attaque de la liberté» revisitée
    24/12/15 - La localité d’Aït Aïssi, à Yakouren, a été marquée par l’opération héroïque menée par les combattants de l’ALN contre un camp militaire français, le 29 juin 1960. Le collectif de la jeunesse et des notables du village Aït Aïssi, dans la commune de Yakourène, et à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, font un grand travail de mémoire et d’histoire afin de recueillir des témoignages et autres documents susceptibles de revisiter la guerre de Libération nationale. Leur travail consiste, entre autres, à remettre  au goût du jour des moments de guerre durant la lutte de libération. Les initiateurs du collectif ont réussi, au bout de plusieurs mois, voire des années, de recherches, à identifier deux déserteurs de l’armée française ayant combattu aux côtés des moudjahidine de la région contre le colonialisme. Il s’agit de Gouasmi Mansour, alias El Yasmine, originaire de Oued Aneb, dans la wilaya d’Annaba, qui était à Aït Aissi depuis le 12 septembre 1956. Appelé de la classe 59/I/A, il avait été incorporé au 503e R.C.C., à Mourmelon, le 27 mars 1959, et Daïri Slimane, natif de Sidi Bel Abbès, appelé de la classe 52/2/A. Il avait été incorporé au 2e régiment de hussards à Orléans, le 1er septembre 1958. Les deux défunts avaient, avec les maquisards de la région, Kecili Belaïd, Kasdi Saïd et Ali Gasmi,  dit Ali Boulkhou, El Hadj Hand Oubalkacem, Mohand Saïd Benkaci, connu sous le nom de guerre Capitane Rouget, Mohamed Cherif Chaïb, Ahmed Belhocine, planifié une grande offensive contre le deuxième campement militaire français d’Aït Aïssi bas, durant la nuit du 29 juin 1960. Il faut rappeler que cette caserne était composée de 26 éléments, qui travaillaient sous le commandement du maréchal des logis Michel Oudot. Lors de cette attaque, trois soldats français ont été tués, alors que les moudjahidine se sont emparés d’un important lot d’armes (01 FM. Bar, 1 lance grenades et 6 grenades, 25 chargeurs, 3 fusils Garants et 9 chargeurs, 5 P.M. Mat 49 et 9 chargeurs, 1 P.M et 2 chargeurs). Toutefois, Gouasmi Mansour, dit El Yasmine et Slimane Daïri seront tués trois jours plus tard après une vaste opération militaire enclenchée le lendemain de l’assaut des moudjahidine. Dans un documentaire réalisé par Abdelghani Irchene, enseignant-chercheur à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou et Chafia Benarab, diffusé sur la chaîne TV4 de la Télévision nationale, on peut nettement remarquer l’héroïsme des éléments qui ont préparé et exécuté l’attaque d’Aït Aïssi, appelée communément «L’offensive de la liberté». Les témoignages d’anciens maquisards, encore en vie, à l’image de Chaïb Mohamed Cherif, montrent  clairement la solidarité et la cohésion des citoyens de la région qui se sont manifestés comme un seul homme contre le joug colonial. Même les femmes ont grandement contribué dans cette opération dont les préparatifs ont duré, selon des témoignages recueillis, plus de six mois. Ainsi, les premières personnes ayant réussi à établir le contact avec les militaires déserteurs sont Djouhra Kanoune, Kecili Ouardia, Chemame Ferroudja et Haddad Ouiza qui ont abouti à la planification minutieuse de l’opération qui a mûri au bout de plusieurs jours de préparation. Ces femmes ont servi de trait d’union entre El Yasmine, Slimane Daïri et les moudjahidine.                                          

    L’Algérie de moins en moins solvable
    24/12/15 - The Economist Intelligence Unit estime que la politique budgétaire actuelle n’est pas viable à long terme, d’où la nécessité d’améliorer les recouvrements de la fiscalité ordinaire, de réduire les subventions et de contenir la masse salariale du secteur public. La baisse des cours du brut et ses implications sur la bonne tenue des indicateurs macroéconomiques en Algérie inquiètent. Les récentes conclusions du think tank britannique «The Economist intelligence Unit» (EIu) font d’ailleurs part d’une dégradation de la perception des partenaires étrangers quant à l’évolution de ces indicateurs. Même si celui-ci maintient un rating du risque souverain Algérie à «BB», il n’omet pas de mettre en avant la montée des risques quant à la stabilité macroéconomique de notre pays. EIU estime ainsi que le maintien du rating de l’Algérie est motivé par le faible niveau d’endettement externe du pays, ainsi que les réserves accumulées au niveau du fonds de stabilisation, autrement dit le Fonds de régulation des recettes (FRR). Cependant, le think tank met en avant la forte résorption de ces ressources qui sont passées de 60 milliards de dollars en mars à moins de 40 actuellement, ainsi que la vulnérabilité de l’Algérie à l’évolution des cours du brut, car pâtissant de la forte dépendance aux seuls revenus d’exportations des hydrocarbures. Il estime que la dette publique interne, en hausse à 15% du PIB en 2015-2016, reste gérable. C’est dans le même sens que EIU pointe du doigt les pressions à la baisse du taux de change du dinar face au dollar, qui a été fortement déprécié depuis le début de la crise. Toutefois, il considère que le contrôle rigide des changes mené par la Banque centrale lui permet de limiter ou de prévenir la fuite des capitaux. The Economist Intelligence Unit estime également que la politique budgétaire actuelle n’est pas viable à long terme, d’où la nécessité d’améliorer les recouvrements de la fiscalité ordinaire, de réduire les subventions et de contenir la masse salariale du secteur public. L’agence de notation britannique émet des doutes sur la solidité du secteur bancaire algérien. Si celle-ci concède le fait que la déconnection du marché financier local de son environnement international lui a permis de conserver une certaine résilience aux chocs, EIU juge qu’une expansion du crédit à la consommation (grâce à sa réintroduction en faveur de la production locale en 2015), si elle n’est pas accompagnée d’une augmentation proportionnelle de l’évaluation des risques de crédit,  pourrait soulever des doutes sur la qualité des actifs du secteur. Enfin, EUI note que si le rating du risque souverain Algérie est maintenu à BB, il existe un risque élevé que cette note soit dégradée, notamment si le niveau des prix demeure en deçà des 50 dollars, impliquant ainsi une dégradation des équilibres publics internes et externes ainsi qu’une forte baisse des réserves de change et de l’épargne publique. L’agence de notation estime aussi que ces craintes pourraient être plus importantes, particulièrement si les autorités ne montrent aucun signal allant dans la réduction du rythme des dépenses publiques.

    Annaba : Des tortues géantes échouent sur les plages de Chetaïbi
    24/12/15 - Plusieurs tortues géantes adultes ont échoué, avant-hier, au niveau des plages de la commune de Chetaïbi (Annaba), à la limite de la wilaya de Skikda, avons-nous appris des habitants. D’une longueur de plus d’un mètre, pesant plus de 100 kg, quatre autres individus de la même espèce ont été découverts également dans l’après-midi sur la plage du Cap de fer.  Selon des témoins oculaires, elles étaient plusieurs à rejoindre le littoral pour, en l’absence de secours, mourir sur le sable. On ignore jusque-là les raisons ayant amené ces tortues à finir anormalement leur cycle de vie sur les côtes est du pays, d’autant plus qu’elles sont bien portantes, indemnes physiquement et vivantes. Alertées, les autorités locales n’ont pas encore réagi, tout autant que les associations écologiques. «Il s’agit de la tortue marine de Méditerranée, la tortue caouanne (Caretta Caretta). Autrefois aussi fréquente que commune en Méditerranée, elle est devenue très rare par le fait des prises accidentelles dans les filets de pêcheurs, devenus surexploiteurs, et de la pollution essentiellement tellurique. La principale cause aujourd’hui de la mortalité des tortues marines est l’ingestion de sachets en plastique transparent qui flottent entre deux eaux et que les tortues prennent pour des méduses dont elles très friandes. Autrefois, les plages de sable blond du Nord-Est algérien étaient autant de lieux de ponte pour les tortues marines. Censées être mises à l’abri par le classement du Parc national d’El Kala, elles ont été ouvertes progressivement au public qui a chassé ces animaux très farouches», se désole Rafik Baba Ahmed, un écologiste de l’université d’El Tarf. Bien qu’elle soit protégée par la Convention de Washington, comme toutes les tortues marines,  la caouanne est une espèce de marine en forte voie de régression, qui subit encore un braconnage intense.

    Oujlida (Tlemcen) : Les exclus du relogement en colère
    24/12/15 - L’opération d’attribution de logements à Oujlida, dans la commune de Tlemcen, a failli tourner à l’émeute. L’opération d’attribution de logements dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire à Oujlida, dans la commune de Tlemcen, a failli tourner à l’émeute, lorsque les exclus de ce programme ont pris à partie le chef de daïra. Ce dernier, venu en compagnie d’une délégation de responsables locaux pour la séance protocolaire de remise des clefs, a essuyé des injures des plus virulentes proférées par les mécontents. Cette agression verbale augurait d’une agression physique, n’était l’intervention rapide des services de sécurité, qui ont aussitôt établi un cordon de sécurité et permis au chef de daïra de quitter les lieux en toute sécurité. Les protestataires dénoncent le fait que cette liste soit entachée, d’après eux, «de favoritisme». Par contre, cet incident n’a pas terni la joie des 476 familles issues d’habitations précaires qui ont reçu, mardi matin, les clefs de leur nouveau logement. 14 sites ont été ciblés par cette opération de relogement, dont Boudeghene, Agadir, Abou Techfine, centre-ville A et B, Sid Yacob, entre autres. Les bénéficiaires de cette opération de relogement n’ont pas manqué d’exprimer leur grande joie d’habiter enfin un logement décent. A noter que le grand Tlemcen a bénéficié de deux opérations similaires. L’une dans la daïra de Chetouane, où 151 familles ont été relogées et la seconde a concerné 379 familles dans la daïra de Mansourah pour porter le nombre à 1000 familles relogées dans le cadre du programme de la résorption l’habitat précaire.

    Vu à la télé : Les opportunistes ont la vie dure
    24/12/15 - C’est fou ce que l’on peut changer d’attitude et de vision politique une fois qu’on atterrit dans la sphère officielle. Et réciproquement quand on la quitte. Et lorsqu’on parle de changement, c’est vraiment prendre un virage à 180 degrés. On passe du blanc au noir avec une aisance à vous laisser coi. De tout temps, ce phénomène a habité presque naturellement les cercles de décision et d’exécution. Notamment le gouvernement, qui s’avère être le lieu de prédilection par excellence pour transformer radicalement le comportement et l’esprit de ses composantes, lesquelles au demeurant  n’ont souvent pas besoin d’être poussées pour franchir le Rubicon et se déclarer prêtes pour le service. Dans cette logique du reniement, l’actuelle équipe gouvernementale, comme les précédentes, compte, elle aussi, ses «convertis» ou ses transfuges. Et ils sont nombreux, en effet, ces ministres qui s’expriment aujourd’hui dans un langage tout à fait différent, pour ne pas dire carrément opposé à celui qu’ils tenaient  hors circuit. Au nom de la solidarité gouvernementale et du principe sacro-saint de défendre à n’importe quel prix les thèses officielles, même si elles sont défaillantes, toutes les contradictions, tous les retournements sont permis. C’est comme si vous entriez dans une coterie privilégiée qui vous somme de laisser aux vestiaires tout ce qui a forgé vos convictions pendant des années, quitte à les reprendre en repartant. Le cénacle offre un poste de pouvoir en contrepartie d’une allégeance sans failles. C’est la règle, et si ça a toujours bien fonctionné, c’est que les postulants se sont toujours bousculés au portillon. Ils disent, pour se dédouaner, que c’est une fierté de servir l’Algérie, ce dont personne ne doute, mais dans la pratique, c’est le système politique en place, avec ses orientations, ses directives, ses manipulations qui en tire profit. A l’évidence, les revirements spectaculaires sont légion. Entre les positions d’hier et celles d’aujourd’hui, il y a de quoi perdre son latin, à force de voir se dérouler des discours antinomiques qui, finalement, traduisent le manque flagrant de conviction qui caractérise ceux qui nous gouvernent. On a vu ainsi des ministres qui, par excès de zèle ou par calcul carriériste, monter sans le moindre scrupule à l’assaut des idées qu’ils défendaient avec beaucoup d’acharnement lorsqu’ils n’avaient aucun titre. Il y a même des membres du gouvernement qui se sont retournés sans retenue aucune contre le camp politique auquel ils appartenaient. Toutes ces personnalités gouvernementales, qui se reconnaîtront, paraissent étrangement en phase avec leur conscience, alors que vis-à-vis de l’opinion publique leur image s’est complètement dégradée. C’est un moindre mal que de voir certains, pour gravir les échelles de la hiérarchie, piétiner eux-mêmes leur crédibilité en vendant leur âme au diable, comme on dit dans le jargon populaire, mais s’agissant de responsabilités qui engagent l’Etat et l’avenir des citoyens, leurs reniements prennent une facette plus détestable et une dimension plus grave, dès lors qu’ils sont souvent à l’origine des perversions politiques ou des échecs économiques et sociaux, source de contre- vérités et de faux engagements. En fait, on a la certitude qu’au niveau de l’ Exécutif, plus on fait dans la surenchère officielle qui interdit toute contestation et plus on a de chances de monter en grade, même si au passage on se rend coupable de toutes les inepties, genre l’Algérie pourra s’en sortir même avec un baril de pétrole à 1 dollar, ou encore c’est l’achat au marché noir de la devise avec un paquet de dinars qui cause la dépréciation de notre monnaie, ou encore que l’argent sale n’a pas pénétré dans nos circuits économiques, alors qu’un ex-chef de gouvernement avait affirmé le contraire… C’est un tout petit aperçu des énormités lâchées par nos gouvernants dans le vif de leurs fonctions. Incohérence dans les propos, absence de réalisme dans l’intervention, c’est en fait la vitrine du pragmatisme à l’algérienne qui est mise en avant pour relever les immenses défis du développement et qui permet au Premier ministre de dire que «nous ne sommes ni des communistes ni des libéraux, mais des réalistes». Voilà qui nous donne un aperçu sur le modèle économique que nous appliquons et sur le projet de société dans lequel nous vivons.  Derrière son sillage, il y a ainsi toujours des «téméraires» qui sortent du lot pour attirer l’attention sur eux et qui, pour atteindre leur objectif ont trouvé le bon filon en squattant les médias. D’ailleurs ce sont toujours les mêmes qu’on voit à la télé, contrairement à d’autres collègues, préférant sûrement travailler dans l’ombre et dont les activités ne sont jamais couvertes et qui, pour se faire voir inventent n’importe quel petit déplacement juste pour la frime médiatique. Inscrire son nom vaut tous les sacrifices, même si on n’a pas le profil des compétences qu’on veut afficher. L’autre côté de la médaille est aussi triste, sinon plus sinistre. Quand un ministre ou un haut responsable quelconque est débarqué, il retrouve comme par enchantement sa parole. Et là l’aigreur dans les propos ce n’est pas ce qui manque. Subitement, tout ce qui était envoûtant devient sombre. De nombreux membres du gouvernement remerciés, peut-être injustement, n’hésitent pas à refranchir la ligne, mais en sens inverse, pour tomber à bras raccourcis sur la politique gouvernementale qu’il soutenaient contre vents et marées. Ils vont jusqu’à se rapprocher des thèses de l’opposition pour montrer combien est grande leur amertume. En perdant sur deux tableaux, ils ont fait perdre beaucoup à l’Algérie. Et en cette nouvelle année qui arrive, cette race d’opportunistes n’est pas encore près de disparaître. Hélas… Bonne année quand même !

    Les plus beaux clichés de Khalf Essoura
    24/12/15 - Certains clichés sortent du lot. L’exposition met en évidence de très belles photos qui traduisent plusieurs  émotions. SabiSystems, représentant officiel de Canon, leader des systèmes et solutions de gestion de l’image et du document, en partenariat avec All IN, initiateur de concours de photographie amateur Khalf Essoura organisent une exposition des plus beaux clichés du concours entre le 22 décembre 2015 et le 3 janvier 2016. Plusieurs médias, photographes, amoureux de la photo et partenaires ont été conviés au vernissage, mardi dernier, au Centre de loisirs de Bab Ezzouar. Six photographes amateurs, 35 photos qui subliment des moments uniques en Algérie, des photos qui ont marqué les 50 ans de l’Algérie libre, des photos d’actualité, des photos témoignant des moments historiques ou événements marquants. Le but de cette exposition est de mettre à la vue de tous ces créations et ainsi être au plus près du public. Le Centre commercial et de loisirs de Bab Ezzouar est fortement impliqué dans plusieurs activités culturelles et transforme régulièrement le site en salle d’exposition géante. Avec ce partenariat, Sabisystems et Canon, réconfortent leur position d’entreprise citoyenne en soutenant la créativité des artistes algériens et supportent toute initiative visant à mettre en avant la beauté et la diversité culturelle algérienne. Avec l’essor de la téléphonie mobile, prendre une photo devient banal. Des millions de clichés sont pris chaque jour, chaque photo, aussi banale soit-elle, traduit un moment d’émotion, de solitude, de victoire et de rassemblement. Certaines photos sortent du lot. Les émotions ne suivent pas de règles prédéfinies, elles sont spontanées et dépendent de ce que ressentent les personnes. C’est pourquoi, avoir toujours un appareil photo à portée de la main est l’une des premières règles à suivre pour réussir à les saisir sur le vif. L’émotion peut également être suscitée par des lieux ou des scènes. Une plage balayée par le vent, les rues d’une ville la nuit ou un lever de soleil brumeux peuvent évoquer des émotions intenses. Le matériel est important. Bien sûr, il y a une différence entre faire de la photo avec son Samsung ou utiliser un vrai appareil photo. Mais la façon de s’en servir est prédominante. La magie de la photographie permet de se connecter avec un moment passé et voir encore ces mêmes émotions. Nous ne pouvons pas «ré-inventer» quelque chose de nouveau à chaque fois, mais c’est toujours une autre histoire qui est en face de l’appareil photo. Une histoire différente, des personnes différentes et des émotions différentes.

    De la difficulté de pardonner
    24/12/15 - La critique et universitaire égyptienne Amel Al Jamal a pleuré mardi matin lors du débat sur «La tolérance et le cinéma», organisé à l’occasion des Premières journées du film arabe de Constantine à la salle du Palais de la culture Mohamed Laïd Al Khalifa. Amel Al Jamal, qui est diplômée en philosophie des arts et auteure d’une dizaine de livres, s’est rappelée des harcèlements dont elle a fait l’objet en Egypte dans les moyens de transport et dans la rue. Elle s’est rappelée aussi d’une phrase de son père après une tentative d’agression à Doumiat, sa ville natale : «Si tu ne peux pas te protéger reste à la maison.» «Une amie qui portait le hidjab a été agressée par un jeune garçon en pleine rue. Elle a crié. Les clients d’un café situé à côté sont sortis voir, ont assisté à la scène, n’ont rien fait et ont repris la poursuite d’un match de foot à la télé comme si rien ne s’était passé», a-t-elle raconté. Selon elle, les cas de harcèlement sexuel et moral sont nombreux en Egypte. «La femme marche dans la rue avec la peur au ventre, s’attend à tout moment à être harcelée, touchée, insultée. Mais, nous constatons une certaine amélioration, la société est de plus en plus consciente. Il reste que la crainte est toujours là. Parfois, j’ai souhaité d’être née homme !», a-t-elle ajouté. «Ici, dans cette salle, il y a des hommes qui ont des sœurs, des épouses, des filles qui ont été harcelées dans la rue. Des femmes qui, de retour à la maison gardent le silence...Les femmes ont honte de dire ce qu’elles subissent, se sentent souvent humiliées», a-t-elle dit la voix envahie par l’émotion. Amel Al Jamal a analysé le film argentin Paulina, de Santiago Mitre, présenté cette année à la semaine de la critique au Festival de Cannes et aux festivals du Caire et de Dubaï. Paulina (Dolores Fonzi) abandonne sa carrière d’avocate à Buenos Aires pour un poste d’enseignante dans un village défavorisé de l’Argentine du nord. Une fois sur place, elle découvre la détresse des jeunes lycéens qui ne s’intéressent pas à ces cours sur les droits humains et la démocratie. Une nuit, Paulina, qui revenait d’une soirée avec une amie habitant en pleine forêt, a été agressée par des jeunes hommes. Elle a été sauvagement violée. Malgré ce drame, Paulina, qui a reconnu ses agresseurs, refuse de les dénoncer, malgré l’insistance de son père, magistrat connu à Buenos Aires. Elle va plus loin puisqu’elle décide de garder un bébé, fruit du viol. Pour Amel Al Jamal, Paulina est un film qui agace, peut provoquer la colère en raison de l’attitude curieuse du personnage principal. «Le père, un homme de gauche, a demandé à un ami, chef de la police, d’arrêter les agresseurs et les soumettre à des mauvais traitements. Ce qui est illégal. Il est vrai qu’ils sont des agresseurs, mais est-ce là la meilleure manière de rendre justice ? Si le violeur était puissant et fortuné aurait-il été arrêté rapidement par la police ? Si la victime était pauvre et sans appuis, la justice l’aurait-elle défendue ? La justice n’a rien fait pour arrêter des hommes d’affaires qui abattent sauvagement des arbres pour construire des usines comme cela est montré dans le film. La justice s’est intéressée au viol de Paulina, mais pas à celui de la nature», a relevé Amal Al Jamal. D’après elle, Paulina, une femme utopique, a sympathisé avec ses agresseurs en raison de leur situation sociale difficile. «Elle a abandonné la belle vie de la capitale pour aider les gens démunis. Elle a des idéaux progressistes qu’elle veut défendre même au détriment de son propre corps. Elle veut donner un sens à sa vie», a-t-elle relevé. Santiago Mitre, 34 ans, s’est fait connaître en 2011 par le long métrage El estudiante (L’étudiant).  Son nouveau film Paulina susicte le débat partout dans le monde en raison de sa thématique: le pardon là où il est impossible de le faire. Le film est également un plaidoyer pour le véritable engagement politique et pour l’obstination de vouloir changer les choses malgré l’adversité. Le journaliste et poète algérien Khaled Bensalah a, pour sa part, estimé, dans une autre intervention, que l’intolérance ne doit pas être perçue comme une valeur morale abstraite et absolue. «Elle doit être mise dans un contexte historique et humain. Elle doit dépasser également la simple signification religieuse et parfois politique. Le cinéma, en tant que forme esthétique et philosophique élaborée peut avoir de l’influence sur le comportement social en posant des questions, en interpellant les consciences, en clarifiant, parfois, les visions et en donnant parole à ceux qui sont dans la marge, ceux que les médias et les politiques oublient souvent», a-t-il relevé après avoir tenté d’étudier le rapport entre la philosophie et le cinéma, le concept et l’image. Le critique irakien, Kadhem Al Saloum, a analysé la notion de la tolérance à travers les films sur Nelson Mandela et Ghandi, deux exemples historiques de la lutte pacifique. Le critique algérien, Abdelkrim Kadri, a, pour sa part, plongé dans la trilogie de Youcef Chahine, Al ousfour (l’oiseau), Retour de l’enfant prodigue et Iskandaria Lih pour démontrer le discours favorable à la tolérance du cinéaste égyptien. Le romancier Samir Kacimi, qui a coordonné l’organisation du colloque, a plaidé pour que la thématique de la tolérance soit davantage explorée par le cinéma algérien. Il a également insisté sur l’importance d’avoir des débats à caractère scientifique et intellectuel lors des festivals de cinéma. Au 8e Festival d’Oran du film arabe (FOFA), en juin 2015, Samir Kacimi a coordonné le débat sur le roman et le cinéma.

    نتائج البحث عن “site” – Bac Guide-dz.com | .edu
    نتائج البكالوريا 2016 شهادة التعليم المتوسط شهادة التعليم الابتدائيResultats Baccalaureat BEM CINQ dz onec

    Résultats APB 2017 : l’université, premier vœu d’orientation dans le supérieur
    08/06/17 - Depuis 14 heures jeudi 8 juin, les candidats à l’enseignement supérieur connaissent les résultats de la première phase d’admission APB. En voici les chiffres à retenir.

    L’algorithme APB a-t-il tué le bac ?
    08/06/17 - Le système Admission post bac organise l’entrée des élèves de terminale à l’université sur la base du contrôle continu. Dès lors, à quoi sert l’examen du baccalauréat ?

    رسالة وزيرة التربية لمترشحي بكالوريا 2017
    06/06/17 -
    رسالة وزيرة التربية الوطنية الموجهة لمترشحي امتحانات شهادة البكالوريا لدورة 2017.
    ها نحن، ككل سنة، نستقبل امتحان البكالوريا، هذا الامتحان الذي وإن كان يقلقكم، تلاميذي الأعزّاء، فهو يفتح لكم أبواب المستقبل. ولكن اعلموا، أيها الطلبة، أن البكالوريا ليس المفتاح الوحيد. فهناك، خيارات أخرى بعد نهاية الدراسة بالثانوية.
    لا أحد منكم، أنتم المقبلون على امتحان البكالوريا، يبقى من دون منفذ، فالحلول كثيرة، بفضل إنجازات الدولة الجزائرية. فإلى جانب مؤسسات التعليم العالي، هناك الشبكة الواسعة من مؤسسات التكوين والتعليم المهنيين التي تقترح الكثير من التخصّصات.
     إلى الأولياء، أقول: أكّدوا، باستمرار، لأبنائكم ورسّخوا في أذهانهم أن الحياة هي قبل كل شيء سلوك أخلاقي، هي احترام الذات، احترام الغير واحترام الشأن العام. ركّزوا، في تربيتكم لأبنائكم، على تلك القيّم التي توارثها شعبنا عبر تاريخه، تلك القيّم التي تجد مصدرها في وعمق موروثنا الحضاري وهويتنا. ينبغي ألّا تكون الرغبة في نيل شهادة البكالوريا على حساب قيّم سامية مثل النزاهة وبذل الجهد، التي تستند على أخلقيات المسؤولية.
    قولوا لأبنائكم أنكم تحبّونهم وتقفون إلى جانبهم، مهما كانت العلامات التي يتحصّلون عليها ومهما كانت نتائجهم في الامتحان.
     إلى الفرق المكلّفة بالتأطير في المؤسسات التعليمية، أقول: دعّموا الإنعاش الأخلاقي الذي تحتاجه مدرستنا اليوم، في ظل التحوّلات العميقة التي يعيشها المجتمع. اسهروا على احترام القواعد والإجراءات المعمول بها، حتى نضمن الشفافية ونعمل على تكافؤ الفرص لجميع المترشحين.
     إلى المترشحين لامتحان البكالوريا، أقول: المستقبل بين أيديكم. 
    لكم، أنتم تلاميذي الأعزاء، أقول نحن فخورون بكم، لأنكم تتحكّمون في الأدوات الرقمية الحديثة. ولكن، هذه الأدوات قد تستعمل، أحيانا، لأهداف غير قانونية، مما يعرّض أصحابها لعقوبات صارمة. 
    احترسوا من تلك المواقع التي قد تبدوا لكم مفيدة – للوهلة الأولى – لما تتضمنه من مواضيع مختلفة، مصحوبة بالتصحيح. ولكـن، في الواقــع، الهدف منها هو التشويــــش عليكم وجعلكم تفقدون هدوءكم وسكينتكم، وهي أفضل ما يتحلّى به المترشح في فترة الامتحانات.
    أطلب منكم التركيز على كل المعارف التي تم دراستها خلال السنة، والاعتماد على قدراتكم الشخصية، لأن التركيز والثقة في النفس هما أحسن سبيل والضامن الوحيد لتبني السلوك السوّي في شهر رمضان الكريم.
    إن الدولة الجزائرية لم تتوقف يوما عن رصد، سنويا، موارد مالية معتبرة لقطاعنا تحقيقا لمدرسة الجودة، وهذا حتى مع تراجع المداخيل، في الفترة الأخيرة.
    ومن جهتنا، لن ندخّر جهدا، بمعية جميع الشركاء، لمواصلة تنفيذ إصلاح مدرستنا.
    لنتكاتف جميعا، ونجدّد التزامنا بذلك العقد الأخلاقي، القائم على النزاهة والإنصاف، فنكون بذلك، في مستوى عظمة مجتمعنا.    
    لنكون حصنا منيعا ضد الرداءة التي تسبّب فيها، بقدر كبير، الغـشّ في الامتحانات المدرسية.
    فلننشغل جميعا، بتحقيق مدرسة الجودة ولترتفع أصواتنا للتنديد بكل تصرف يعرقل هذا المسار، حفاظا على مستقبلنا، مستقبلكم، مستقبل الجزائر، هذه الأرض الطيّبة المتشبّعة بدماء الشهداء.
    إن مستقبلنا تحدّده الأعمال التي نقوم بها، اليوم.   

    بالتـوفيـق وحـظ سعيـد للجميــع   AFUDH AMEGAZ
    --------------------------------------------------------
    Nous voici, comme chaque année, à la veille d’un examen qui vous inquiète mais, qui vous ouvre les portes de l’avenir, sans être la seule issue de la fin des études secondaires.
    Personne ne reste sur le quai ; l’Etat a réalisé un extraordinaire maillage d’établissement d’enseignement et de formation professionnelle tout autant que celui de l’enseignement supérieur.
     Chers parents d’élèves, continuez à transmettre, à répéter, à affirmer en clair à vos enfants, que la vie c’est d’abord une morale de conduite, de respect de soi, de l’autre et de la chose publique  et des valeurs portées par la profondeur de notre histoire et notre identité. Rien ne vaut de porter atteinte aux valeurs de l’honnêteté, de l’effort, adossées à une éthique de la responsabilité.
    Dites leur votre affection et votre soutien quel que soit la note obtenue ou quel que soit les résultats.
     Vous, l’équipe chargée de l’encadrement dans les établissements, renforcez la construction du renouveau moral dont notre école a besoin aujourd’hui, dans un contexte de profonds changements. Ne laissez place à aucun dépassement par rapport aux règles et procédures établies, pour assurer la transparence dans le déroulement de l’examen afin de concrétiser l’égalité des chances de tous les candidats.

     Vous, nos élèves candidats à l’examen, mes élèves, l’avenir est entre vos mains. Nous sommes fiers que vous soyez au même niveau que tous les jeunes dans les autres pays en matière de maitrise des nouveaux outils numériques. Il reste qu’il en est fait usage, souvent, de manière abusive, en exposant certains d’entre vous, parfois, aux sanctions sévères de son utilisation non-réglementaire. 

    Méfiez-vous des sites qui, au premier abord, semblent vouloir vous aider notamment en vous diffusant des sujets et des corrigés. Méfiez-vous de la manipulation. 

    Un seul objectif à cela, vous perturber, vous empêcher de garder votre sérénité, importante en période d’examen.
    Je vous appelle à vous concentrer sur tout ce que vous avez acquis durant l’année, sur vos ressources, car seul votre concentration et la confiance que vous avez en vos potentialités sont les garants d’une bonne démarche en cette période du Ramadan.

    L’Etat algérien met, chaque année, malgré le rétrécissement de nos ressources financières, plus de moyens pour nôtre secteur afin d’assurer une école de qualité.

    Pour ma part, je continuerai à œuvrer sans relâche avec l’ensemble de nos partenaires, à contribuer au parachèvement de la Réforme de notre école.

    Renouvelons ensemble notre contrat moral : l’honnêteté, la justice envers les autres, seront à l’image de la grandeur de notre société.
    Constituons ensemble un front uni, contre la médiocrité, et la triche aux examens est à l’origine en grande partie de cet état de fait.
    Ayons ensemble, le souci d’une école de qualité et n’hésitons point à nous mobiliser collectivement pour préserver notre avenir, votre avenir, celui de l’Algérie héritière de sacrifices de nos chouhada.

    Préserver l’avenir c’est agir aujourd’hui.

    Bonne chance à tous  
    Afudh Amegaz


    Bac : les meilleurs sites pour réviser l’épreuve anticipée de sciences
    06/06/17 - Pour aider les élèves de 1res ES et L à réviser l’épreuve de sciences du baccalauréat, voici une sélection de ressources sur Internet proposée par les cinq professeures à l’origine du MOOC Bac2sciences (cours en ligne gratuit).

    Lors d’un bac+2 ou 3, un séjour à l’étranger peut faire la différence
    06/05/17 - Différents cursus permettent aux étudiants de décrocher un diplôme dans une université étrangère.

    De l’université vers les grandes écoles, une voie royale négligée
    23/01/17 - La possibilité de rejoindre des grandes écoles, notamment d’ingénieurs, après un BTS, un IUT ou une licence est souvent méconnue ou sous-estimée par les étudiants.

    Code pour trouver des Cours,Documents et Livres sur Google Drive
    19/12/16 - le Code est : Thermodynamique site:drive.google.com  changez le mot Thermodynamique par le mot que vous voulez chercherVoici un Exemple:

    Diplôme lettres et informatique : une passerelle vers les métiers émergents
    13/12/16 - Former des étudiants aussi bons en informatique qu’en littérature, c’est le pari d’un diplôme créé à la rentrée 2016 par deux universités parisiennes. Ces profils intéressent d’ores et déjà les entreprises de l’informatique.

    Bac + 2 ou bac + 3 : quel diplôme a le plus de valeur en France ?
    15/09/16 - En termes d’attractivité, de taux de réussite, d’employabilité et de salaire, vaut-il mieux faire un DUT ou BTS, ou une licence ? L’analyse d’Eric Charbonnier, expert des questions d’éducation à l’OCDE, qui s’appuie sur les chiffres publiés jeudi 15 septembre.

    Académie de Nancy-Metz, résultats du bac 2016 : consultez-les sur LeMonde.fr
    05/07/16 - Les résultats sont publiés sur LeMonde.fr mardi 5 juillet au fur à et à mesure de leur mise à disposition par le site du ministère de l’éducation nationale.

    Keyword : site algerien de rencontre