Tourisme voyage Guide-dz.com

nedjma sms

Rechercher:

Annuaire des Universites - Annuaire des ecoles - Annuaire des Agences de Voyages  -  Annuaire Gov.dz
Tout Les Guide-dz.Com

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Resultats:
Warning: MagpieRSS: Failed to parse RSS file. (XML_ERR_NAME_REQUIRED at line 1, column 2) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238

Warning: MagpieRSS: Failed to parse RSS file. (XML_ERR_NAME_REQUIRED at line 1, column 2) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
Presse dz24.info » Search Results » nedjma
Actualite Sports Politique sante economie Guidedz

* Une belle nuit poétique et musical : 27/05/15 - Quand la belle parole épouse la belle musique dans une nuit douce, cela donne un spectacle de haute facture. C’est la forte démonstration que la délégation irakienne a donnée lundi soir au Zénith de Constantine, lors de l’ouverture de la semaine culturelle de son pays à l’occasion de la manifestation culturelle de 2015. La soirée a baigné dans une atmosphère festive qui a enthousiasmé un public jeune pour la plupart, et avide d’ambiances bien rythmées. Il faut dire surtout que malgré le nombre réduit des participants, en raison des drames et des déchirures que ce pays vit depuis l’invasion américaine de 2003, le plat proposé en cette soirée a été du premier choix. Pour preuve, l’on notera la présence à ce rendez-vous de la crème des poètes irakiens en la personne de Nadjah Al Irssali, Modhar Al Aloussi et Nadhir Al Moudhaffar. Une entame jalonnée de poèmes racontant l’amour d’un pays à la civilisation qui remonte à l’aube de l’humanité. Des vers qui révèlent aussi tous les malheurs que cette nation affronte avec courage et dignité. Mais le bouquet de la soirée, a été le spectacle tant attendu de la troupe du Maqam Al Iraqi, dirigée par le non moins célèbre maitre de ce genre musical, Mohamed Zaki Derouiche, qui jouait sur le fameux Santour, un instrument vieux de 2000 ans, accompagné de trois percussionnistes. Le récital, qui a été de toute beauté, a été lancé par le morceau populaire irakien «Ala chouati Dejla Mour» (passez sur les rives du Tigre), pour enchainer par les chansons du folklore de ce pays telles «Ya hilw ma aqssa Qalbek» (O belle comme ton cœur est dur), «Tadakertou Leila» (je me suis rappelé de Leila) et «Ya Oum El Abaya», avant de passer à d’autres rythmes avec les fameuses « Talaâ min beit abouha» et «Talaât Ya mahla nourha» chantées sur des airs qui ont déchainé un public en folie.  Vivement applaudi, Mohamed Zaki Derouiche tiendra à saluer le public à sa manière, en interprétant avec grande élégance Nedjma Kotbia du maitre Rabah Deriassa. Organisée par l’Office national de la culture et de l’information (ONCI), la semaine culturelle de l’Irak à Constantine compte dans son programme la projection de longs et de courts métrages. La soirée de clôture prévue ce jeudi promet aussi d’être riche en moments forts en émotions musicales
* Planches de salut public : 26/05/15 - Dimanche soir, au Théâtre national algérien,  une opérette est entrée en scène. Et pour cause ! Sous le manteau… L’on a ouvert la fosse, pas aux lions mais aux «trublions » de  la musique classique, faussant le décor. La fosse d’orchestre a été ouverte dans une ambiance feutrée pour laisser s’échapper une musique adoucissant les mœurs d’un autre temps. Celui de l’histoire du théâtre universel, et notamment algérien. Une opérette en fait intitulée Parcours de mémoire. Pour ce faire, le  dramaturge et directeur du Théâtre régional de Béjaïa, Omar Fetmouche, qui n’est plus à présenter,  l’a mise en scène et le grand maestro de l’Orchestre symphonique national algérien, plus communément appelé l’OSN, Amine Kouider, l’a emballée — vraiment — philharmoniquement parlant. Une sacrée union faisant la force de deux pairs faisant la paire. Enfin, un tandem du tonnerre ! Ce fut une œuvre chorale, cette opérette Parcours de mémoire. La preuve, ils étaient 90 «soldats» d’opérette. Entre comédiens et musiciens. Une performance. « C’est une performance théâtrale. Ce n’est pas une pièce dans l’acception traditionnelle du terme. C’est un hymne au théâtre universel et plus particulièrement au théâtre algérien… Le spectacle devient une grande symphonie dirigée par Amine Kouider. Je lui confie le spectacle», (rire), explique Omar Fetmouche. Sans «fosse» note Aussi, le public remonta la machine et la patine du temps à travers un flash-back. Une rétrospective depuis le théâtre antique du précurseur Thespis au regretté Azzeddine Medjoubi, le martyr assassiné il y a 20 ans juste-là, devant le TNA. Une opérette mnémonique contant et racontant Antigone, la fameuse Nuit des rois, devenue blanche par Shakespeare, l’hilarant Tartuffe de Molière, la nostalgie de Mahieddine Bachtarzi, Mohamed Touri et Rachid Ksentini, Nedjma brillant sur Kateb Yacine… Ainsi que des morceaux de bravoure  tels qu’El Khobza d’Abdelkader Alloula interprété par Jimeur et Addar, venus spécialement d’Oran en reprenant le couplet culte Ya Nou sobi sobi (ô pluie, tombe, tombe),  de R’jal Ya Hlalef de Bouguermouh. Et bien sûr Hafila Tassir d’Azzeddine Medjoubi et son ode à Nouara, l’espoir. Le tout habillé, orchestralement parlant, par une partition  offrant  une musique référentielle. Paname d’Edith Piaf, le French Cancan, La Bohême de Charles Aznavour, ou encore Hamdoulillah du légendaire maître du chaâbi, El Hadj M’hamed El Anka. Le frais et émoulu ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, venu à la fin du spectacle — Conseil des ministres — a apporté sa caution au théâtre algérien : «Je suis prêt et disponible à encourager le théâtre algérien. Il faut revenir au texte algérien…». A la question de faire tourner ce spectacle à travers l’Algérie, Omar Fetmouche  répondra : «Sincèrement, je ne peux pas répondre. Cela dépendra du commissariat, du ministère (de la Culture). J’aimerais bien que cela se fasse. Au moins une dizaine de représentations à Oran, Constantine… Pourquoi pas ? Cela sera un bonheur pour tout le monde.»  
* Djamel Chadli , arboriculteur-sculpteur : de la tendresse et de la sensualité : 17/03/15 - Cette stèle a été conçue, sculptée et posée par l’artiste Djamel Chadli. Le Kef (K en lettre arabe) en mouvement est tracé par un calame du mausolée sur un livre asymétrique pour dire les douleurs de l’auteur dans son terrible accouchement ! C’est aussi le «kef» ou le pic rocheux Kef Sayeh, au bas duquel au tout début de la colonisation, furent jetés les corps de deux Français, ce qui sera le prétexte, le prélude au massacre des mâles de la tribu. «De l’autre côté, vous avez la forme de l’aigle ou du vautour, propriétaire des lieux, qui tuera deux jeunes filles, incarnation de l’ancêtre fondateur de la tribu. Le soleil de l’après-midi en fait l’ombre d’une étoile, Nedjma !», dira-t-il. Cette forme étoilée repose sur une tablette avec des motifs romains, car il y a les restes d’une cité ou ferme romaine, enfouis sous terre. La stèle et la tablette se tiennent sur un socle circulaire composé de 15 piliers, c’est-à-dire autant de fractions de la tribu des Béni Keblout. Mais lors de notre visite en ce mois de mars, nous découvrons avec tristesse que les colonnes et la tablette romaine avaient été dégradées et réhabilitées… avec du béton ! La stèle est d’une hauteur d’environ 3 mètres. Dans le socle, l’artiste y a caché un poème pris au hasard et arraché du recueil Soliloques. Lequel ? Il ne le sait pas. Le monument a été taillé dans un bloc de granit, ramené de Kef Laâkas, un pic rocheux se trouvant à plus de 20 km de Aïn Ghrour, sur la route de Sedrata, lieux si chers à Kateb Yacine. «Il avait une plume subtile et lustrale, je devais sculpter la pierre au burin, évitant ainsi la facilité de réaliser une stèle en béton et en ferraille», ajoutera-t-il. Magnifique ! Mais qui est Djamel Chadli ? La soixantaine bien tassée, il a à son actif plus de 40 ans de travail sur la pierre et le bois. Ses sculptures, telles «Mère», «Femme voilée», «Femme soumise» sont façonnées dans la tendresse, voire, pour certaines, dans la sensualité, le tout décline un impressionnisme qui laisse songeurs plus d’un. Tout est courbes et rondeurs, allant bien au-delà de la forme. Bien sûr, comme tout esthète accompli, il a touché à tout durant une bonne période de sa vie, et n’en continue pas moins à l’occasion de le faire, la peinture, la céramique et la musique (le groupe Calama). Mais, à aucun moment, il ne lâchera le marteau et le burin. Il dira : «Une masse de pierre, un tronc d’arbre et je m’éclate dans mon travail, j’en fais des mouvements et j’y trouve un, des échos, un répondant à mes questionnements. Quand je sculpte, je me sens moi-même, j’existe, comme dirait l’autre. Je ne fais pas de croquis, tout est dans ma tête, je cogite, parfois très longtemps, puis je trouve, j’efface puis je recompose, toujours dans ma tête.»Personnifiant ses chantiers, Il leur donne des noms, Sébastien, Kathy, Aïcha… La douceur du nom correspond à celle de la création, quand c’est tendre, la dénomination doit en refléter le sentiment, selon la consonance, et quand c’est hard, un nom comme le monstre, le vampire, lui sied à merveille, pour surtout le travail de la pierre, où souvent il y a du sang… «Mais, quand même, un travail sur du bois, Aïcha m’a blessé, m’a causé des égratignures, je vais la bouder», confiera-t-il. C’est le scoutisme qui lui a fait aimer le bois. Il nous rappelle ceci : «Le scout aime la nature et voit dans la nature la puissance de Dieu.» Pour faire du feu, il faut chercher du bois mort, il ne faut pas couper une branche d’un arbre. Enfant, avec la lame dite «bateau » de l’époque, il commençait à ciseler des formes. La pierre, c’était son père, qui était maçon qualifié, mais aussi, au besoin, tailleur de pierres et fabricant de rosaces. Un jour, alors qu’il n’avait pas encore 10 ans, au chantier, il prend le marteau et le burin de son père et se met à taper sur un galet. «Que fais-tu, mon fils ?» Il voulait faire un visage comme au jardin public et épigraphique de Guelma de cette époque. Son père réplique : «Non mon fils, pas ce sédiment, il y a des pierres plus nobles, comme le marbre, le granit…» Au lycée, c’est l’initiation aux techniques du dessin. A l’ITA de Mostaganem, il avait choisi la spécialité avant le tronc commun : l’arboriculture fruitière. C’était son rêve depuis le scoutisme. «Plus tard, je gérais une ferme arboricole, un cadre merveilleux, des plus agréables, je me suis retrouvé comme un poisson dans l’eau, le bois, le marbre (une usine à côté) et le granit», dira-t-il. Maintenant, il en est à l’os bovin, le fémur et l’omoplate, il le fait revivre.
* Blida : La revue de l?école, une initiative à encourager : 16/03/15 - Lors de sa visite dans la wilaya de Blida à l’occasion du 8 mars, Journée internationale de la femme, la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, qui a choisi de la célébrer cette année dans cette wilaya et plus précisément au lycée Ibn Rochd, a été agréablement surprise par l’initiative d’une équipe d’enseignants et de leurs élèves, à leur tête Nehab Sabrina, professeur d’éducation artistique au CEM Mustapha Bencherchali, qui a mis sur pied une revue fort intéressante nommée Le Collégien, conçue et réalisée par et pour les élèves. En feuilletant le n° 0, elle a salué le travail sérieux de la fondatrice et encouragé cette dernière à persévérer et à ne pas se décourager. «Le Collégien, qui a pour objectif de mettre en évidence les compétences et les connaissances culturelles et éducatives de l’élève, explique Nehad Sabrina à la ministre, est préparée par une jeune équipe d’élèves encadrés par des enseignants de différents profils (pédagogues, psychologues et sociologues). La revue a pour ambition de combler le vide qui existe dans le domaine de l’édition pour cette tranche d’âge». Et d’ajouter, confiante : «A cause du peu de moyens, pour l’instant, elle est annuelle, c’est-à-dire qu’elle ne sort qu’une seule fois par an, mais avec l’aide de ceux qui croiront en elle, elle deviendra plus fréquente !» En feuilletant le n° 0, on est surpris par la pertinence des sujets proposés. On apprend, sous la plume de l’élève Kibilane Inçaf (14 ans, 4e AM, lors de la conception de la revue) dans la présentation de celui qui a donné son nom au collège, que le chahid Mustapha Bencherchali, en plus de son glorieux parcours de militant et de combattant, a fondé l’association sportive et musicale Nedjma de Blida (information peu connue des Blidéens). Pour résoudre le problème des «cartables lourds», cauchemar des parents, l’élève Nada Boumdal propose aux «décideurs» «d’installer des casiers individuels au niveau des établissements afin de décharger le contenu des sacs, de se munir de cartables à roulettes qui servent à transporter les affaires scolaires, de penser à remplacer, plus tard, les livres par l’envoi des cours sur Internet à chaque élève et de vulgariser l’outil informatique qui permet à chacun de s’équiper d’un PC portable facilitant ainsi l’acquisition du savoir». D’autres élèves, journalistes en herbe, expliquent pourquoi leurs camarades n’aiment pas les mathématiques et proposent des «solutions», et pourquoi le port des blouses blanches dérange les adolescents. Ils révèlent au lecteur qu’«il est difficile pour certains élèves de se passer du copiage». Ils abordent des thèmes aussi sérieux que ceux de la drogue et du tabagisme en milieu scolaire, du retour de l’école buissonnière ou de la violence dans les établissements. Les sujets proposés par ces élèves sont de véritables cours de pédagogie qui doivent donner à méditer aux pédagogues adultes, eux-mêmes. Une initiative à encourager !
* 10e anniversaire de la disparition de Djamel Amrani : Révolutionnaire, poète «maudit» : 01/03/15 - Djamel Amrani était un grand  poète algérien, un révolutionnaire, un homme de radio et  critique littéraire. Les amis de l’auteur de Témoin et Bivouac des certitudes s’appellent Kateb Yacine, Issiakhem, Jean Sénac, Pablo Neruda, Françoise Sagan, Barbara, Malek Haddad, Mohamed Zinet, Juliette Gréco, Florence Malraux, Jean et Simone Lacouture, Jean-Marie Domnac, ou encore Serge Régiani. Un pedigree d’amis déclarés l’entourant, défendant sa cause juste, celle de l’indépendance de l’Algérie, et appréciant le grand poète. André Breton dira de lui : «Djamel Amrani est immense, il est le plus grand poète de l’Algérie...». Auteur d’une trentaine d’œuvres (Bivouac des certitudes, Le dernier crépuscule, L’été dans ta peau, Vers l’amont...), Djamel Amrani était au service de son prochain, de ses semblables, les humains. Et de sa patrie, l’Algérie. Pour laquelle il a été un battant, un combattant, un résistant, un moudjahid sans démagogie, un «mutilé» de guerre psychologiquement et un enfant prodigue et prodige de la prosodie et autres allitérations à la consonance balistique, créative et lyrique algériennes. Car marqué à vie par la barbarie belliqueuse et coloniale de l’armée française.«J’ai été torturé, incarcéré, ils ont tué mon père, mon frère et mon beau-frère…». Dans un entretien inédit datant de novembre 2004, Djamel Amrani nous avait livré et «délivré» une profonde, béante et lancinantensouffrance : «Au lycée Bugeaud, à Alger, j’étais confronté aux colons et non pas à la colonisation. J’ai eu mon bac envers et contre tous. En 1956, j’étais impliqué dans le mouvement national, la réunion préparatoire de la grève des étudiants et lycéens algériens. Il était question que j’aille au maquis avec Amara Rachid…Et puis, en 1957, lors de la Bataille d’Alger, j’ai été arrêté et torturé à la villa Sésini. Ils m’ont massacré. Ils ont tué mon père, mon frère et mon beau-frère  Ali Boumendjel. J’ai été incarcéré durant un an. En 1958, j’ai été expulsé en France, où Germaine Tillon m’introduira à la gauche, anticoloniale à l’époque… J’ai traversé cela comme un enfer de couleur corbeau…». Ayant une voix radiophonique, caverneuse, patriarcale, le flegme et l’indolence d’un petit vieux à l’espièglerie et le sourire en coin, la générosité et la grandeur humaine incarnées, tapi dans son transat, un faux air d’Ernest Hemingway, entre deux volutes de tabac, entre un sourire, un rire et un rictus, sous une moiteur domestique, respirant et transpirant la bonté des humbles, Djamel Amrani était dans son coin de Florence. Tant son paisible havre est une cour des miracles. Un véritable musée de la photo dédié aux personnes ayant compté dans sa vie. Ici Lénine ou Che Guevara, le révolutionaire argentin, là, Kateb Yacine, le brillant écrivain de Nedjma, là-bas, Khalida Toumi, ex-ministre de la Culture, ou encore les portraits de Azzedine Medjoubi, le comédien fauché par la folie meurtrière terroriste, Myriam Makeba, la Mama Africa, ou encore Zahia Yahi et Leïla Boutaleb, des amies et confidentes. Le 13 juillet 2004, il s’était vu décerner la médaille Pablo Neruda, à l’effigie de l’illustre poète et progressiste chilien, le non moins prix Nobel de littérature en 1971 et auteur mythique d’œuvres comme Le chant général du Chili, L’Espagne au cœur, Tout l’amour, Mémorial de l’île, ou encore celle posthume, intitulée J’avoue que j’ai vécu. Une distinction au nom de Pablo Neruda. Son ami, son maître, son frère, pair et père spirituel partageant cet amour éperdument épris pour les mots et les causes justes et nobles. Cette gratification au souffle poétique, initiée sous l’impulsion et la proposition de Khalida Toumi pour une consécration bien que tardive, mais ô combien significative. «Je n’ai jamais voulu parler de moi, rédiger ma biographie. C’est être égoïste…», estimait-il. «Ma plaie dans l’âme, on ne la négocie pas » Djamel Amrani est né le 19 août 1935 à Sour El Ghozlane. Issu d’une modeste famille de neuf enfants dont il était le benjamin. D’un père exerçant la profession de receveur des P et T et d’une mère n’ayant jamais été scolarisée. Suivant leur père à travers des missions itinérantes, la famille Amrani séjournera dans plusieurs localités, notamment à Cherchell, avant de s’installer définitivement, en 1952, à Alger. Le jeune Djamel y fréquentera l’école communale de Bir Mourad Raïs. Et c’est en usant ses fonds de culotte sur les bancs d’écolier qu’il fera une découverte littéralement littéraire et capitale dans sa vie. La mort du loup, d’Alfred de Vigny, et Les amours de Chopin, de George Sand, qu’il connaissait par cœur, l’inspireront aux premiers jets poétiquement candides. Une passion était éclose. «J’étais déjà poète à la base. Je faisais de la musique. J’étais au conservatoire d’Alger, je jouais du piano à 15 ans. J’étais le seul Algérien à avoir concouru avec la 5e étude de Chopin, la 7e nocturne de Gabriel Foret et puis suivront La Passionata...», se souviendra-t-il. Au lycée Bugeaud, le plus réputé d’Alger, où il avait emmené avec lui ce qu’il appelle des «odelettes» et dont il fera un autodafé car jugées inintéressantes. Sa toute première œuvre fut Le Témoin, en 1960, aux éditions de Minuit. «Ce livre est l’histoire dramatique de ma vie... Je jouais pour la syntaxe quelle qu’elle soit... C’est un jeu avec mon histoire quand j’ai appris à lire et à écrire..», commentera-t-il, la gorge nouée. Après un long séjour à Cuba, de 1962 à 1964, Djamel Amrani officiera à l’état-major, dans le cabinet du président Houari Boumediène, avec Abdelaziz Bouteflika, Medegheri et Chérif Belkacem.  «La première fois que j’ai rencontré Bouteflika, il m’a présenté Nelson Mandela…», se rappellera-t-il avec fierté. A propos de ses amis, il dira avec ironie : «Kateb Yacine, qui m’a encouragé, et Jean Sénac ont été des frères immenses pour moi. Je me dois de saluer leur mémoire. Malek Haddad avait été un grand ami... Cela n’a été que des histoires de bar. On se voyait et on passait notre temps…». A la fin de l’entretien, Djamel Amrani nous laissera ce fragment testamentaire d’un poète «maudit» : «L’être humain, poète meurtri, ne peut pas être finalement guéri d’une histoire. Je n’ai jamais été guéri. Je n’ai jamais eu l’occasion ou la chance de guérir. Ma plaie dans l’âme, on ne la négocie pas. Ma plaie est ouverte. Elle est béante !»  
* Oran en bref? : 23/02/15 - Les habitants de Chteibo exaspérés Les intempéries ont causé des dégâts au niveau de hai Nedjma (ex- Chteibo). Les habitants souffrent de mauvaises conditions de vie caractérisée par le manque de réseaux d’évacuation des eaux de pluies, le mauvais état des routes, l’absence d’éclairage public ainsi que le non raccordement des foyers au gaz naturel. Certains habitants ont indiqué que cette situation est plus difficile à vivre lors des intempéries à cause de la boue et des nids de poule qui se remplissent d’eau et dont on ne peut mesurer la profondeur.  Le chantier des 300 logements LPL en retard à Aïn El Turk La réalisation des 300 logements LPL (logement participatif locatif) dans le quartier d’El Bahia accuse un retard qui agace les postulants. Prévus pour une durée de réalisation de 24 mois, les délais risquent en effet de ne pas être respectés vu le taux d’avancement des travaux. Moult raisons seraient à l’origine de ce retard, dont le climat peu clément, ces derniers temps, mais cela «n’excuse aucunement la lenteur des travaux», s’indignent des postulants.   Une cellule de psychiatrie pour les dépressifs au CHU Devant le nombre important de tentatives de suicide enregistrées au CHUO, une cellule de psychiatrie a été créée. Elle comprendra la neurologie, la psychiatrie et la neurophysiologie. Elle aura pour tache la prise en charge psychiatrique des malades dépressifs ainsi que les toxicomanes. Il tue sa belle sœur Une dispute avait éclaté entre un frère et sa sœur vers 19 h 30 au Planteurs pour des motifs encore inconnus. Selon une source hospitalière, la situation avait dégénéré quand le frère, âgé de 30 ans, a pris un couteau et a commencé à assener des coups sa sœur. Pour tenter d’éviter que le pire se produise, leur belle sœur s’interposa mais ce fut fatal pour elle. Cette dernière, la trentaine, recevra un coup de couteau en plein cœur et décédera sur le champ. L’auteur a été arrêté.   Un nouveau-né retrouvé mort Un nouveau-né de sexe féminin a été retrouvé mort, samedi après-midi, à Sidi El Bachir, a-t-on appris de la protection civile. C’est un passant qui a fait la funeste découverte.                   
* Accident de travail : Deux agents morts et deux autres dans un état critique : 18/02/15 - Les deux employés de la société des eaux et de l’assainissement d’Oran qui ont survécu, lundi,  à l’accident de travail qui a coûté la vie à deux autres, sont toujours au service de réanimation de l’établissement hospitalier 1er Novembre, a-t-on appris, hier en début d’après midi, auprès de la cellule de communication de cet hôpital. Les deux jeunes employés sont sous ventilation artificielle et bien que leur état est stationnaire, il est jugé critique, selon la même source. Cet accident qui a mis en émoi tous les employés de la SEOR, s’est produit, lundi en début d’après midi, dans une station de relevage dans la localité Nedjma (ex- Cheteibo). Le drame s’est produit lorsque l’un des quatre employés qui effectuaient des travaux de curage préventif d’un bassin, est tombé dans le bassin. Les trois autres sont descendus au fond du bassin pour secourir leur collègue, immobilisé à l’intérieur. L’un d’eux est décédé lors de son évacuation vers l’hôpital d’Oran alors que le deuxième est décédé quelques temps après son admission au niveau du service de réanimation.  
* Sidi Chahmi : 12 personnes arrêtées suite à une émeute : 31/12/14 - Une quarantaine de personnes accusées de troubles à l’ordre public ont été arrêtées par les forces antiémeutes suite au mouvement de colère qui avait touché la localité de Sidi Chami, plus précisément le bidonville appelé «Dubaï». Sur ce groupe appréhendé après un contrôle d’identité, 12 personnes interpellées sont des récidivistes, indique le communique de la sûreté de wilaya et ont été présentés, mardi, devant le juge d’instruction du tribunal d’Es-senia. Les autres dont un mineur ont été relâchées. Pour rappel, la colère avait atteint son paroxysme lorsque les occupants des habitations illicites ont fermé les différents accès qui mènent à El Kerma, hai Daya et hai Nedjma. Les autorités locales s’étaient dépêchées de se rendre sur les lieux pour rassurer les représentants des familles et informer par la même qu’un terrain a été désigné pour concrétiser le futur programme de logements qui leur sera destiné. Des entreprises ont été également installées pour réaliser ces logements, une opération qui s’inscrit dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire. Toutefois, malgré toutes ces garanties apportées par le premier magistrat, les manifestants n’ont rien trouvé de mieux à faire pour revendiquer leurs droits au logement que de barricader toutes les issues. Pendant trois jours, les différents accès qui mènent au chef-lieu étaient fermés à l’aide de pierres et de tronc d’arbres au grand dam des automobilistes. Devant la gravité de la situation et afin de calmer les esprits et rouvrir ces artères à la circulation, le wali d’Oran avait réquisitionné les services de l’ordre public pour remédier à la crise.  
* Métier de bouquiniste : Achour, Mohamed Kanfoza, Djilali et les autres? : 25/12/14 - Personne ici ou ailleurs, ne semble se soucier de la disparition d’un métier connu pour être un vecteur de culture et d’art. C’est du métier de bouquiniste qu’il s’agit. Il n’y a pas longtemps, ces passionnés des livres, des magazines et mêmes des illustrés ( Blek, Zembla , Le petit Ranger’s) avaient pignon sur rue, tant ils étaient sollicités par ces gens qu’on appelle les rats des bibliothèques, ces lecteurs assidus dont l’amour pour la lecture n’a d’égal que leur inclinaison à s’abreuver de récits , de romans, d’aventures. A Constantine, il y avait Ammi Achour qui tenait un minuscule kiosque dans la très achalandée Trik Djedida juste en face du café Nedjma. Bouquiniste plein de verve et d’allant, il recevait tout le monde avec le sourire. Voilà qui, comme dirait l’autre, un serviteur du livre et par extension de la culture! En ce temps, pas très lointain d’ailleurs, qui parmi les jeunes lycéens ou universitaires n’avait recouru au service du bouquiniste pour acquérir tel ou tel roman, surtout quand il était question d’un best seller ? En ce temps là, on se passait les bouquins et une fois la lecture finie, on allait en demander un autre. Tout comme  Constantine, Aïn Beida aussi avait ses bouquinistes. le plus connu sur la place s’appelait Mohamed,(Allah yarhamou) et auquel on avait attribué le sobriquet «Kanfoza», fort sympathique en somme et qu’on se plait aujourd’hui à évoquer avec une pointe de nostalgie. Ammar, tenant présentement une librairie se souvient de temps qui n’est plus : «C’est en lui gardant de temps en temps le petit kiosque que j’ai appris à aimer les livres, à en apprécier la valeur. Ammi Kanfoza ne cherchait nullement à s’enrichir en exerçant ce métier, ô combien noble, son seul souci était de satisfaire les amis lecteurs qui se recrutaient d’ailleurs parmi les fonctionnaires et les instituteurs.» Pas de relève pour l’heure Un sexagénaire, toujours attaché aux livres, se rappelle du temps où il était lycéen à Hihi Mekki à Constantine: «Durant les années soixante et soixante dix, Constantine détenait le record des villes qui disposaient du plus grand nombre de librairies. IL y en avait partout. Quo Vadis était la plus connue des lycéens et universitaires. Parfois même, nous, lycéens, allions sous le pont Sidi Rached, au Remblai, ce mythique marché aux puces où nous déterrions souvent de très beaux livres, des ouvrages littéraires ou scientifiques que nous acquérions pour une bouchée de pain.» Mais depuis, que s’est-il passé? Les bouquinistes sont partis presque en catimini laissant derrière eux un vide sidéral que rien ni personne ne pourra combler. Pas de relève dans l’immédiat, parce que l’amour du livre, de tout ce qui est imprimé ne tente plus personne. Dommage qu’un aussi beau métier disparaisse sans espoir de retour. Adieu Amis des livres, vous Achour de la rue Trik Djedida Kanfoza et tous les autres...
* Electricité : La SDO ouvre une agence à Hai Yasmine : 01/12/14 - Une nouvelle agence commerciale de la direction de Distribution de l’Ouest (DDO Sonelgaz) a nouvellement ouvert ses portes au quartier de Hai Yasmine 2. Or, paradoxalement, elle n’est pas destinée aux usagers de ce quartier mais à ceux dépendant du territoire d’Es Sénia, notamment la commune de Sidi Chahmi. Ce sont donc les habitants de cette commune dont dépend Hai Sabah, Nedjma (ex- Chteibo) qui viendront s’acquitter de leurs redevances électriques. «C’est en réponse aux doléances des habitants de Hai Sabah et de ses environs que ce bureau a été ouvert. Les habitants de Hai Yasmine continueront à se rendre à l’agence de la pépinière», a indiqué un agent de la société affecté sur les lieux. «C’est de l’aberration. Comment expliquer qu’un bureau ouvert dans notre cité puisse servir à d’autres résidants à Hai Sabah, Chteibo et autres», s’insurgera ce retraité résidant à Hai Yasmine. D’autres citoyens munis de leurs factures d’électricité n’ont pas caché à leur tour leur mécontentement en se voyant signifier par le caissier qu’ils devaient se rendre à leur agence habituelle de la pépinière. «Nous devons prendre un taxi pour nous rendre à la pépinière, faire la chaine et attendre de longues minutes pour payer notre facture alors qu’un bureau est ouvert à proximité de nos habitations», s’insurgeaient ces citoyens, en partie des personnes âgées.
Presse dz24.info » Search Results »
Actualite Sports Politique sante economie Guidedz


Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://www.france24.com/fr/actualites/rss/= (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Not Found ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
.........

Annuaire des Adresses 2011 - dz24.info - sitemap