Annonces imobilieres et Vehicules
     Guide-dz.com

flux rss info assurance Guidedz


    نتائج البحث عن “flux” – Flash info dz
    موقع Flash info dz

    énergie solaire en flux esr une ressource énergétique répartie …
    29/10/16 - 29/10/2016 10:26:30 AM GMT

    La Nasa interrompt son flux suite à une intrusion terrestre – l1D
    29/10/16 - 29/10/2016 10:22:26 AM GMT

    1159 foyers raccordés au réseau de gaz naturel Abonnez-vous au flux …
    30/09/16 - 30/09/2016 11:17:55 AM GMT

    LG Algérie lance le smartphone haut de gamme G5
    11/05/16 -

    LG Algérie vient de dévoiler son tout dernier Smartphone haut de gamme LG G5, disponible dès aujourd'hui dans l'ensemble des boutiques de la marque au prix avoisinant les 83 000 DA, un terminal qui est proposé avec une panoplie d'accessoires.

    LG Algérie vient de dévoiler son tout dernier Smartphone haut de gamme LG G5, disponible dès aujourd'hui dans l'ensemble des boutiques de la marque au prix avoisinant les 83 000 DA, un terminal qui est proposé avec une panoplie d'accessoires.

    En effet, après le succès de son G4, LG revient avec une nouveauté, il s’agit du LG G5, présenté à la presse lors d'un événement organisé au niveau de l'hôtel El Aurassi. Ce terminal qui à été élu meilleur smartphone haut de gamme lors du dernier Mobile Word Congress, se transforme en caméra numérique, en lecteur hi-fi et bien plus encore. Avec un boitier élégant intégralement métallique et doté d'une batterie amovible, le G5 surpasse l'expérience visuelle de son prédécesseur, le LG G4. Cette batterie, coulissante, peut être remplacée en quelques secondes seulement par une batterie pleine    

    Avec un écran 5,3 pouces à dalle IPS Quad HD (2560 x 1440 pixels), capable d'atteindre une luminosité de 850 nits à l’avant, le G5 arbore une configuration très haut de gamme tournant grâce au processeur Snapdragon 820, 4 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage extensible via carte microSD. Il dispose d’un bouton central au dos qui lui sert désormais de lecteur d’empreintes digitales. 
     
    LG G5 dispose également de trois capteurs l’un de 16 mégapixels au dos, doublé d'un second capteur de 8 mégapixels dédié aux clichés grand angle (135 degrés) et un autre en façade pour les selfies de 8 mégapixels. L'appareil embarque une batterie 2800 mAh, avec recharge rapide et connexion via un USB type-C. Quant à l’écran du G5 affichera en permanence la date, l’heure et les notifications grâce à la fonction Always on à la façon de l’écran secondaire du V10. Un tiers de cet écran sera animé avec un mode d’affichage basse consommation (ceci n’influera que peu sur la durée de batterie).

    Pour séduire encore un peu plus ses clients, le LG G5 est accompagné d’une panoplie d’accessoires (Les LG Friends), spécifiquement propres à lui. On retrouve par exemple le casque de réalité virtuelle LG360 VR qui fonctionne sans la nécessité d’y intégrer le téléphone, la LG 360 CAM, une caméra à 360 degrés capable de filmer en 2k et d'enregistrer un son 5.1 via trois microphones intégrés, le Rolling Bot, un compagnon inédit, qui roule comme une balle tout en capturant des images et des vidéos avec sa caméra 8MP embarquée. 

    Le G5 est aussi accompagné du Tone Platinium (modèle HBS-1100), le plus récent de la gamme de casque Bluetooth LG TONE, a obtenu la classification Platinium Harman kardon pour la qualité supérieure du son restitué. Les futurs utilisateurs du terminal pourront aussi profiter du kit d'écouteurs haut de gamme H3 by B&O Play, qui retranscrit parfaitement le son audio premium du module LG Hi-Fi Plus avec B&O PLAY.

    LG Algérie propose en outre le "LG Smart Cotroller" qui permet aux utilisateurs de contrôler les LG Friends et autres drones avec la plus grande simplicité. Il permet également aux utilisateurs d’accéder au flux vidéo en temps réel de leur drone directement sur le LG G5, mais également de le commander à distance, sans pilote, en déplaçant le levier intuitif du LG Smart Controller. 

    Les principales caractéristiques techniques du LG G5 :

    * Dimensions : 149,4 x 73,9 x 7,7 - 8,6mm

    * Écran : 5,3 pouces Quad HD IPS Quantum (2560 x 1440 / 554ppi)

    * Microprocesseur : Processeur QualcommSnapdragon 820

    * Système d'exploitation : Android 6.0 Marshmallow

    * Mémoire : RAM 4GO LPDDR4 / ROM 32GO UFS / micro SD (jusqu'à 2 Go)

    * Caméra : Avant 8MP / Arrière : Standard 16MP

    * Batterie : 2 800mAh (amovible)

    * Poids : 159g

    * Réseau : 4G / 3G

    * Connectivité : Wi-Fi 802.11 / USB Type-C 2.0 (compatible 3.0) / NFC / Bluetooth 4.2

    * Couleurs : Titan  / Silver / Gold / Pink
     



    ابدء بالتنقيب في الكهوف عن عملة البتكوين وصر من الاغنياء
    28/04/16 - اليوم معنا موقع رائع لربح تقوم فكرة ترك المنقب الذي سوف تحصل عليه بعد تسجيل حساب يبحث عن البتكوين...

    Mobilis dévoile ses offres 3G++ Abonnez-vous au flux RSS des articles
    23/04/16 - 23/04/2016 5:20:28 PM GMT

    Espagnols et Portugais intéressés Abonnez-vous au flux RSS des …
    20/04/16 - 20/04/2016 4:54:55 PM GMT

    حنفية اكثر من رائعة 50400 ساتوشي ف اليوم
    19/04/16 - بسم الله الرحمان الرحيم صورة: http://www13.0zz0.com/2016/04/20/02/884465176.jpg دائما مع...

    Synchronisation de l’émission de signaux entre neurones par influx de …
    16/04/16 - 16/04/2016 4:15:42 PM GMT

    Tweet de Manuel Valls : Ouyahia accuse des algériens d’être les relais d’un groupe haineux en France
    16/04/16 -

    Le président Abdelaziz Bouteflika a été élu et il accomplira son mandat jusqu'au bout a martelé samedi Ahmed Ouyahia en dénonçant, comme le FCE, l'UGTA et Louisa Hanoune, dans la diffusion de l'image du président par un tweet de Manuel Valls et son "exploitation" un "complot" ourdi en France et relayé par des "agents" en Algérie. Le secrétaire gén...

    Le président Abdelaziz Bouteflika a été élu et il accomplira son mandat jusqu'au bout a martelé samedi Ahmed Ouyahia en dénonçant, comme le FCE, l'UGTA et Louisa Hanoune, dans la diffusion de l'image du président par un tweet de Manuel Valls et son "exploitation" un "complot" ourdi en France et relayé par des "agents" en Algérie. Le secrétaire général par intérim du RND et chef de cabinet du président Abdelaziz Bouteflika a réitéré ses accusations contre une "partie de l'opposition" de se mettre au service de "voix haineuses à l'étranger" En févier a-t-il affirmé, des rencontres dans des "laboratoires en France" ont multiplié des pronostics sombres sur l'Algérie, son effondrement et sur l'afflux de réfugiés… Ces sombres pronostics leurs ont été servis à partir de l’d’Algérie, par leurs relais ici. Il y a une coordination entre des gens la bas et ici". "L’exploitation de la photo du président Bouteflika" confirme selon lui ce qu’il a déjà dit. Il s’agit, dit-il d’une "manœuvre préparée à Paris et portée (par des relais) en Algérie". "La France officielle sait que l'Algérie est indépendante depuis 1962. Si elle veut un partenariat, elle se base sur trois règles : le respect mutuel, des intérêts complémentaires et le service des peuples. Je ne dirais pas davantage sur cet aspect". Ils n'ont pas admis qu'on ne donne pas certains contrats "Quant à la manœuvre, elle vient d'une catégorie de gens haineux en France, un groupe qui jusqu'en 2300 n’admettra toujours pas l'indépendance de l'Algérie". " Ils ne veulent pas admettre que l’Algérie de papa, c’est fini ! ", a-t-il ajouté en français. "Ce groupe haineux n'a pas admis trois choses dernièrement : que l'Algérie diverge avec leur pays dans la défense de ses intérêts dans la région. Il n’admet pas que l'Algérie proteste et dénonce contre l'atteinte à ses institutions, rappelez-vous, le journal Le Monde. Plus que cela, ce groupe n'admet pas que l'Algérie a des raisons de ne pas accorder certains contrats économiques". En Algérie, selon lui, un groupe a "relayé" le travail en "exploitant l'image" du président et en évoquant l'article 88. Le peuple algérien sait que le président n'a pas la santé de 1999, il aurait pu ne pas reçu le premier ministre français car il n'était pas dans un bon jour. Mais il l’a reçu" a-t-il ajouté. Les médias français ont oublié que certains de leurs responsables dormaient dans une réunion officielle dans une allusion à Laurent Fabius, a indiqué Ahmed Ouyahia en dénonçant une acte "abjecte". Mais, a-t-il ajouté, "nous dénonçons encore plus le comportement des relais ici" en citant des journaux qui ont titré sur "l'humiliation de l'Algérie". "Le temps des manœuvres est terminé" a-t-il ajouté en dénonçant des algériens dont le "registre de commerce est de servir l'étranger" et ''s'enferme dans des salons et dans des sites électroniques". Le "lobby de l'argent sale" commence à créer des "monopoles de presse" a-t-il ajouté en agitant la menace "d'ouvrir les dossiers... Ils se noieront en mer". "Le président a été élu par le peuple pour accomplir son mandat, pleinement, avec l'aide de Dieu" a-t-il martelé. Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook. Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.




    Warning: MagpieRSS: Failed to parse RSS file. (Undeclared entity error at line 11, column 44) in /home/guidedz/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
    نتائج البحث عن “flux” – Bac Guide-dz.com | .edu
    نتائج البكالوريا 2016 شهادة التعليم المتوسط شهادة التعليم الابتدائيResultats Baccalaureat BEM CINQ dz onec

    تصحيح موضوع اللغة الفرنسية لمسابقة أستاذ التعليم الثانوي 2016
    07/05/16 -
     بسم الله الرحمن الرحيم
    مدونة التربية و التعليم
    مسابقة استاذ التعليم الثانوي 2016
    المادة : فرنسية
    الاختصاص : جميع الاختصاصات


    اجابة مقترحة على أسئلة امتحان اللغة الفرنسية للالتحاق برتبة أستاذ التعليم الثانوي ( جميع الاختصاصات )
    الفرنسية للالتحاق برتبة استاذ التعليم الثانوي  الاجابة عن اسئلة امتحان اللغة
    Compréhension de l’écrit :
    1-le thème du texte est :le stress.
    2-la définition du stress proposée par l’auteur :
    « le stress est la réponse non spécifique que donne le corps à toute demande qui lui est faire ».
    3-
    Demande externe
    Réaction du corps
    but
    Le froid
    Contraction des vaisseaux sanguins
    Conserver la chaleur
    La chaleur
    transpiration
    Refroidissement du corps
    L’effort physique
    Dilatation  des vaisseaux sanguins
    Augmentation de l’afflux sanguin
    4-l’expression soulignée veut dire :
    C’est également une réaction physiologiqe.
    5-l’absence du stress signifie: la mort.
    6-Tout etre humain vive des situations qui demande au corps humain une adaptation génératrice de stress.
    7-le titre :le stress.


    La déperdition scolaire hante Nouria Benghebrit
    03/10/15 - La ministre de l’Education nationale a révélé que le taux de redoublants et d’exclus en 1re année secondaire est proche de 30%. La ministre de l’Education nationale a annoncé, à partir de Mostaganem où elle est en visite officielle, qu’une réflexion est engagée au sujet d’un examen de rattrapage pour les élèves de première année secondaire, ayant obtenu des moyennes entre 9 et 10 sur 20, pour leur donner ainsi l’occasion de passer en 2e année afin d’éviter la déperdition scolaire. Elle a révélé que le taux de redoublants et d’exclus en 1re année secondaire est proche de 30%, exhortant dans ce cadre les conseils d’enseignants à réétudier les dossiers des élèves en leur donnant l’occasion de refaire l’année. Le Syndicat national autonome des professeurs du secondaire et du technique (Snapest) y voit une «proposition en harmonie avec les revendications du syndicat qui a toujours tiré la sonnette d’alarme concernant l’avenir de 400 000 élèves quittant annuellement les bancs du lycée». Meziane Meriane, coordinateur national de ce syndicat, appelle la communauté scolaire à se pencher sur les véritables raisons derrière ce taux de déperdition «énorme». Le Snapest estime que la surcharge des classes, les conditions dégradées de scolarité et le manque de formation des enseignants sont autant de facteurs favorisant la déperdition et qui devraient interpeller les pouvoirs publics. Le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) considère que c’est de «la démagogie». Pour Idir Achour, porte-parole du CLA, la deuxième session doit être envisageable pour les recalés du baccalauréat. «La proposition de la tutelle ne règle en rien les lacunes constatées dans la progression des élèves. Le ministère, au lieu de chercher des solutions pédagogique, est réduit à la gestion des flux», soutient le même syndicaliste. Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), quant à lui, voit en la proposition de la tutelle une «solution de bricolage visant à remédier aux symptômes au lieu d’une solution réelle visant l’origine du mal». M. Boudiba, chargé de communication au sein de ce syndicat, estime que la hausse perpétuelle du taux d’échec chez les élèves de la première année secondaire et la déperdition scolaire sont expliquées par le système d’orientation qui se base initialement sur la disponibilité des places pédagogiques au détriment des capacités des élèves et leurs préférences. Selon le même syndicat, «les dysfonctionnements relevés dans le système d’orientation sont accentués par la double période de transition, l’une après l’accès au lycée, l’autre après l’orientation définitive en 2e AS». Le syndicaliste préconise donc la suppression du tronc commun et l’orientation directe vers les sept filières dès la 1re AS. Le Cnapeste appelle également à déterrer le projet de l’instauration de l’enseignement professionnel, prévu à l’époque de Benbouzid, et jeté aux oubliettes après la suppression de l’enseignement technique. «L’enseignement professionnel sanctionné par un bac professionnel peut constituer une alternative aux élèves n’arrivant pas à suivre un enseignement académique. Les autorités devraient initier des mesures attractives pour les adolescents qui boudent aujourd’hui les centres de formation professionnelle», soutient M. Boudiba.

    Le bac en quête d’un saut qualitatif
    11/07/15 - Le taux de réussite de 51,36%, qui a beau être le plus élevé depuis trois ans, révèle les limites du système actuel d’évaluation scolaire. Enseignants, pédagogues et parents d’élèves sont unanimes à juger que les chiffres ne sont plus représentatifs du niveau des élèves. La tutelle a été réduite, depuis l’instauration des réformes, à la gestion des flux et est appelée aujourd’hui à réaliser ce saut nécessaire pour passer à une autre étape, celle de la qualité de l’enseignement et de la réhabilitation, entre autres, du baccalauréat qui constitue le premier plus important examen dans la scolarité des Algériens. Car, du point de vue d’une grande tranche d’enseignants, le baccalauréat est resté longtemps tributaire des conditions générales de scolarité, caractérisées notamment par la priorité donnée exclusivement à la gestion des flux des élèves au détriment de la modernisation des systèmes d’évaluation. «Le secteur de l’éducation n’avait pas trop le choix. Il fallait faire face aux importants effectifs d’élèves qui atterrissent à tous les niveaux de la scolarité. Surcharge, pénurie d’enseignants, équipements, réalisation des structures…» «Le baccalauréat reflète aujourd’hui les conséquences de cette approche. Avait-on réellement le choix ? Aurions nous pu opter pour un diplôme sanctionnant un volume défini de connaissances ? Ou plutôt étions-nous obligés de retenir celui sanctionnant simplement un certain nombre d’années d’études ?» s’interroge Idir Achour, porte-parole du Conseil des lycées d’Algérie, qui estime que cet examen «montre aujourd’hui qu’on est encore loin des objectifs fixés au lancement des réformes de Benzaghou». 35% des élèves ont la moyenne annuelle Le syndicat estime que la ministre actuelle, Nouria Benghebrit, a donné des signaux forts démontrant sa volonté de mener le secteur vers «ce saut», mais elle est appelée à faire plus d’efforts pour ce qui est des conditions de réalisation de ce bond conditionné par le soutien de tout le gouvernement. Car, selon le CLA, les résultats obtenus au baccalauréat «ne sont pas des indicateurs réels du niveau de nos élèves». Le CLA estime que le taux des élèves ayant obtenu la moyenne égale ou supérieure à 10 durant l’année scolaire ne dépasse pas les 35%. Les questions et les barèmes des sujets étaient très avantageux pour les élèves. Le CLA se réjouit, par ailleurs, de l’organisation par la tutelle de la conférence les 25 et 26 juillet, qui sera consacrée à l’évaluation de l’enseignement secondaire. «Nous espérons que des mesures réelles pour la refonte du baccalauréat seront prises et les autres examens de fin de cycle doivent être plus réalistes. Le secteur doit bénéficier de l’appui de toute la société et des pouvoirs publics pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement. La réhabilitation de l’enseignement professionnel doit également être cet outil efficace pour soulager la pression sur l’enseignement général», soutient le syndicaliste. Bachir Hakem, professeur de mathématiques, s’inquiète quant à lui du sort des 439 000 nouveaux universitaires «alors que nos capacités d’accueil ne peuvent dépasser les 300 000 places universitaires en première année». Comment arrivera-t-on à gérer le cas des 414 780 candidats qui ont échoué qu’il faut impérativement placer dans l’éducation  ou dans les centres de formation ? «Les beaux discours sont dépassés», lâche-t-il. L’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation abonde dans le même sens : «Les résultats du bac 2015 montrent les limites du système d’évaluation en vigueur depuis des décennies.» Messaoud Amraoui, chargé de l’information, estime que la tutelle est appelée en urgence à décréter des mesures permettant, en même temps, de réhabiliter cet examen en sanctionnant les connaissances réelles des élèves et en lançant des mécanismes pour ne pas les pénaliser. Pour ce syndicat, un débat sérieux autour du baccalauréat s’impose pour des mesures sur le court terme. «Aucune entreprise sérieuse ne peut donner ses résultats sans la réhabilitation du conseil des classes», soutient le même syndicaliste.    

    Une annexe de 4000 places pédagogiques à Ali Mendjeli
    08/07/15 - La prochaine rentrée universitaire ne sera pas de tout repos pour le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS). Un nombre plus important de bacheliers est attendu dans les campus, faisant monter la pression d’un cran supplémentaire au sein du département de Tahar Hadjar. Avec le nombre considérable de 853 780 candidats au baccalauréat cuvée 2015, celui des futurs étudiants risque d’être tout aussi considérable. C’est du moins ce qui ressort des attentes de la tutelle. Ces lauréats seront, dès lors, tous en quête d’une place pédagogique, mais les campus existants seront-ils à même d’accueillir ces nouveaux étudiants? A Constantine, plus de 8 000 places pédagogiques seront libérées par des diplômés en graduation au profit des nouveaux bacheliers, dont le nombre prévisionnel attendu serait de l’ordre de 70 000, d’après les toutes dernières statistiques établies par l’administration de l’université des frères Mentouri de Constantine (UFMC). L’on croit savoir, à ce titre, que le ministère de l’Enseignement supérieur aurait instruit l’administration universitaire en vue de se préparer à «caser» le maximum d’étudiants cette année. C’est notamment le cas de l’université des sciences islamiques de Constantine (USIC) qui s’apprête à réserver, pour la première fois depuis son inauguration en 1984, 2500 places pédagogiques destinées aux futurs bacheliers, contrairement aux années précédentes où ce nombre oscillait entre 1 000 et 1 500. Les infrastructures pédagogiques suffiront- elles ? Interrogé à ce sujet, le recteur de l’USIC se veut rassurant affirmant que les «infrastructures pédagogiques suffiront amplement, en plus de la sortie d’une promotion de 1200 étudiants». Pour faire face à cette nouvelle fournée de bacheliers, le rectorat de l’université des sciences islamiques envisage également d’étaler les cours de 8 heures du matin jusqu’à 18 heures. Cela, en attendant la réalisation d’une annexe, actuellement en construction au niveau de la nouvelle ville Ali Mendjeli d’une capacité de 4000 places pédagogiques. Cette annexe permettra à cette université de s’agrandir davantage et faire face au flux grandissant des nouveaux étudiants, provenant de tout le territoire national, mais aussi de pays étrangers. Cette future ramification s’ajoutera notamment à l’ex-institut de psychologie attribué en 2010 à l’USIC. Cela dit, au rythme où vont les choses, et au vu du développement urbain et démographique que connaît notre pays, il y aura à l’avenir un nombre de plus en plus élevé de candidats au bac et de bacheliers à caser dans les campus. Partant, l’université algérienne risque fort de ne plus pouvoir assurer une place pédagogique à chaque étudiant, en dépit des annexes éparpillées à travers le territoire. 

    Keyword : flux rss info assurance