Tourisme voyage Guide-dz.com

dhl algerie

Rechercher:

Annuaire des Universites - Annuaire des ecoles - Annuaire des Agences de Voyages  -  Annuaire Gov.dz
Tout Les Guide-dz.Com

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Resultats:



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://fr.news.search.yahoo.com/rss?ei=UTF-8&p==dhl algerie (HTTP Response: HTTP/1.0 400 Bad Request ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
Presse dz24.info » Search Results » dhl
Actualite Sports Politique sante economie Guidedz

* Détruire l?économie du Daech, la priorité de la coalition internationale : 29/09/14 - La coalition avait déjà visé au moins 12 raffineries contrôlées par le Daech ces derniers jours dans l’est de la Syrie. L’Irak est encore loin d’être sorti de l’auberge. La menace terroriste y est encore très importante malgré l’appui militaire apporté par la communauté internationale à Baghdad. Preuve en est que les forces pro-gouvernementales ont dû repousser, tôt hier, une attaque de l’Etat islamique (Daech) contre Amriyat Al Fallouja, une localité stratégique à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Baghdad, selon des sources de sécurité. Même constat en Syrie où Daech dispose également de nombreuses bases arrières. Des frappes conduites samedi par des avions américains, jordaniens, saoudiens et émiratis en Syrie ont «endommagé un aéroport tenu par l’EI, une garnison et un camp d’entraînement près de Raqaa», le fief du groupe terroriste en Syrie, a indiqué le Centre de commandement américain (Centcom). Malgré les raids menés dans le nord de la Syrie, les terroristes du Daech poursuivent leur offensive pour s’emparer de la ville kurde de Aïn Al Arab (Kobané en kurde). Les derniers combats ont poussé plusieurs centaines d’habitants à se réfugier en Turquie voisine, qui accueille déjà plus de 160 000 personnes ayant fui la région de Aïn Al Arab. Pour couper les vivres aux terroristes du Daech,  la coalition internationale anti-EI montée par les Etats-Unis a décidé de s’attaquer à son principal fonds de commerce : le pétrole. La coalition internationale anti-Daech a ainsi frappé de nouvelles raffineries contrôlées par le groupe de Abdelkrim Al Baghdadi en Syrie. Trois raffineries de taille modeste utilisées par l’Etat islamique (Daech) ont été détruites par des tirs de missiles, dans la nuit de samedi à dimanche, dans le nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). La coalition avait déjà visé au moins 12 raffineries contrôlées par ce groupe terroriste ces derniers jours dans l’est de la Syrie. Elle cherche ainsi à assécher la manne financière que représente l’or noir pour les terroristes, qui l’acheminent en contrebande notamment vers la Turquie voisine, selon des experts. Le but de la coalition est de détruire l’économie de l’EI, le nerf de la guerre. Depuis le début des frappes, le pompage dans les champs sous le contrôle du groupe a ainsi pratiquement cessé. En étendant les frappes à la Syrie la semaine dernière, les Etats-Unis ont par ailleurs pris pour cible des positions d’Al Nosra et des membres de Khorassan, un groupuscule islamiste proche d’Al Qaîda qui s’apprêtait, selon Washington, à lancer des «attaques majeures» aux Etats-Unis et en Europe. Des tweets envoyés par un djihadiste semblent confirmer que le chef présumé du groupe Khorassan, Muhsin Al Fadhli, a été tué dans des frappes, a annoncé SITE, le centre américain de surveillance des sites islamistes. Malgré cet acquis, la guerre ne fait que commencer dans cette partie du monde.
* Vibrant hommage à Cheikh El-Mahdi : 03/08/14 - La tomber de rideau de la semaine culturelle organisée par l’association culturelle Tidets, dédiée cette année à la mémoire de Cheikh El Mahdi, a eu lieu mercredi 23 juillet, marquée par une soirée chantante et dansante animée notamment par Boudjemaâ Agraw et Ahcène Nath Zaïm. La salle des fêtes Youcef Abdjaoui qui a abrité l’événement, envahie par une foule bigarrée, a baigné tard dans la soirée dans une atmosphère enflammée. Le show rythmé de  Boudjemaâ Agraw a électrisé la salle des fêtes. En symbiose avec le public, Boudjemaâ s’est laissé dire que cette soirée lui rappelle les années quatre-vingts. «Vous êtes formidables, je retrouve en vous le public des années quatre-vingts. Dans les années de braise, Sidi Aïch a donné énormément pour la revendication amazighe, et ça continue», lance-t-il sous les ovations du public. L’espace de cette semaine culturelle, rendue possible grâce à l’étroite collaboration de la Fondation Cheikh El Mahdi, de l’Association Activités des Jeunes de Oued Ghir et le concours de plusieurs sponsors, la région s’est réveillée de sa léthargie culturelle et a vécu de grands moments de bonheur et de nostalgie prodigués par une pléiade d’artistes de divers horizons. Du 13 au 23 juillet, la salle des fêtes a vibré, de 21 heures à 1 heure du matin aux notes de chaâbi et d’autres sonorités musicales. De l’avis de beaucoup de personnes interrogées, l’association Tidets, en dépit de la modestie de ses moyens, a réussi le pari de faire de cet hommage l’événement marquant de l’été dans toute la région. Youcef Farid, un ami du Cheikh, parle de cette manifestation avec éloge. «C’est un grand événement et les jeunes qui l’ont organisé ont tout notre soutien et notre respect. Le Cheikh est un artiste hors pair, il mérite tous les éloges et les hommages», nous dit-il. Même son de cloche chez Titif, le disciple attitré du Cheikh, qui parle avec émotion de son défunt maître. De son côté, Hamoudi Massinissa, le vice-président de l’association, se dit comblé. «C’est une semaine inoubliable : un bon déroulement et un public impeccable», indique-t-il. Côté programme, outre les noms connus de la scène artistique, à l’exemple de Boudjemaâ Agraw, Brahim Tayeb, El Hasnaoui Amechtouh, Ahcène Ath Zaïm, Hsinou Fadhli, Cheikh El Hadi…il y avait plusieurs autres artistes, tels Sofiane Kaci, Yacine Chaâbane, Rachid Aït Tahar, Oulkadi Khoudir, qui se sont succédé sur scène et ont fait montre de leur talent artistique, au grand bonheur du public. Le célèbre cithariste, Belhaddad Lekhal, qui a accompagné  au qanoun les grands noms de la chanson algérienne et quelques chanteurs étrangers, était aussi de la partie. Il était là «corps et âme», nous dit-il, pour participer à cet hommage ô combien mérité. A côté de la chanson, il y avait parmi les activités programmées de la poésie, du théâtre avec la présentation de la pièce Le cadavre encerclé du TRB de Béjaïa, et des témoignages sur la vie et l’œuvre du Cheikh disparu. Redouane et Lahlal Allam, Rachid Bachkar, Boualem Messouci, dans leurs témoignages, ont évoqué divers aspects de la vie et du parcours artistique de Cheikh El Mahdi. En plus d’avoir ressuscité le Cheikh disparu il y a plus de quatre ans, cette manifestation a donné à la ville de Sidi Aïch des couleurs festives et matière à réfléchir pour le mouvement associatif.  
* Censure en Egypte : le feuilleton "Gens d'Alexandrie" passe à la trappe : 25/06/14 - CENSURE - En Egypte le feuilleton "Ahl Iskandiriya " (Gens d’Alexandrie) est interdit de diffusion durant le ramadan et probablement pour très longtemps. Son auteur, Bilal Fadhl, l'a annoncé officiellement mardi 24 juin. "De façon définitive et à mon vif regret, le feuilleton ne verra pas le jour, a annoncé Bilal Fadhl dans un communiqué. J’ai été informé officiellement, à l’instant, par les ...
* Des opérateurs jettent l?éponge : 20/05/14 - Certains opérateurs seraient sur le point de quitter l’Algérie l D’autres ont déjà mis la clé sous le paillasson sous l’effet de la redevance annuelle, jugée trop pesante. L’opérateur américain du courrier express, FedEx, serait en négociation avec un autre partenaire algérien en vue d’asseoir une nouvelle stratégie commerciale en Algérie. Il semblerait que son partenaire actuel, Falcon Express, ne donne pas satisfaction face à une rude concurrence menée essentiellement par le géant mondial DHL qui s’empare de 70% des parts du marché algérien du courrier international. Les résultats des autres opérateurs, qui se partagent ce marché, sont médiocres. Certains d’entre eux seraient déjà sur le point de quitter l’Algérie. D’autres, à l’image de Chronopost, ont déjà mis la clé sous le paillasson sous l’effet de la redevance annuelle, jugée trop pesante, qu’exige la licence délivrée par l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) aux fins d’exercer le métier d’opérateur de courrier international, laquelle redevance est estimée à 20 millions de dinars chaque année. Excepté DHL, seul à pouvoir s’acquitter annuellement de cette taxe, les autres opérateurs ont tous des arriérés de dettes  de plus de deux années, liées essentiellement à l’imposition. La situation de la trésorerie de chacun et le contexte du marché justifient l’impuissance des professionnels du métier à soutenir le coût annuel qu’exige la licence. Résultats des courses : plusieurs opérateurs seraient en difficulté financière, dont UPS, Aramex qui seraient carrément sur le point de quitter l’Algérie, ainsi que TNT dont les ambitions seraient très contrariées par le cadrage juridique et fiscal de l’activité en Algérie. Seuls trois opérateurs ont échappé, semble-t-il, à la règle des mauvais résultats : DHL, qui est leader du marché, FedEx, qui affiche des résultats financiers plus au moins corrects, ainsi que EMS, filiale d’Algérie Poste, mais investie essentiellement sur le marché domestique du courrier express. Très inquiets, les opérateurs du courrier international implantés en Algérie ont dû réviser à la baisse leurs ambitions. Trois d’entre eux sont assis entre deux chaises. Après le départ de Chronopost, deux autres professionnels du courrier international ont les deux pieds dans le béton. Pour FedEx, il y a loin de la coupe aux lèvres. L’américain tente de s’adapter à cette situation en misant sur un nouveau cheval. Selon certaines informations que nous avons pu obtenir auprès d’une source proche de l’ARPT, FedEx serait en voie de changer de partenaire avant la fin de l’année 2014. Son nouveau représentant algérien serait déjà sélectionné et opérationnel. Il serait très actif dans le domaine du transport et de la logistique. Officiellement, l’ARPT n’a pas souhaité confirmer nos informations. Les responsables du gendarme régulateur, contactés par téléphone, étaient aux abonnés absents. Les dirigeants de FedEx pour la région MENA se refusaient à tout commentaire, estimant qu’il n’était pas encore opportun de livrer une quelconque information à ce sujet. Quoi qu’il en soit, la polémique rebondit de plus belle à propos de la redevance de 20 millions de dinars, lesquels, pour le moins, désarment le plus coriace des opérateurs. Une proposition de loi a été envisagée pour être soumise à examen à l’Assemblée, visant à supprimer cette imposition et la remplacer par une contribution relative au chiffre d’affaires. Cette nouvelle configuration fiscale serait plus juste mais le projet est tombé à l’eau pour des raisons jusqu’ici inconnues.
* Vente Appart. 5 pièces+ à Sétif ? 999999 Dinars DA : 30/04/14 - agence immobilière scipion met en vent promotion haut gamme cité laararsa bien fini apples mer promoteur fadhli
Ajoutée le :30/04/2014 17:09

* En difficulté, la Tunisie obligée de se serrer la ceinture : 13/04/14 - Le ministère tunisien de l’Economie et des Finances a eu recours à des mesures exceptionnelles pour boucler un déficit de 160 millions d’euros (350 millions de dinars tunisiens) dans les salaires d’avril des fonctionnaires de l’Etat. Tunis De notre correspondant Dans une déclaration aux médias, le ministre chargé du dossier économique et porte-parole du gouvernement, Nidhal Ouerfelli, a affirmé que «la trésorerie publique subit des pressions énormes en ce début 2014 avec un déficit budgétaire de l’ordre de 500 millions d’euros (1,1 milliard de dinars tunisiens) pour l’unique premier trimestre». Ce déficit provient essentiellement, selon M. Ouerfelli, «d’impayés 2013 s’élevant à 1,2 milliard d’euros (2,5 milliards de dinars), ainsi qu’un milliard d’euros (2,1 milliards de dinars) nécessaire pour couvrir les déficits courants des grandes entreprises publiques comme les caisses des retraites ou la compagnie Tunisair». Le ministre a ainsi déploré que «ces dépenses n’ont pas été prévues par le budget initial préparé par le gouvernement précédent», avant de souligner que «certaines recettes sont inférieures aux prévisions». «Les cessions des biens confisqués par l’Etat ont été estimées à 500 millions d’euros (1,1 milliard de dinars) alors qu’elles ne rapporteraient que moins de 150 millions d’euros (300 millions de dinars)», a-t-il indiqué. «Le budget 2014 de la Tunisie s’élève à 13 milliards d’euros (28 milliards de dinars) et de tels résultats indiquent que le déficit budgétaire dépasserait largement les 10 %, ce qui est inquiétant», relève l’expert en sécurité financière, Mourad Hattab. Cap sur la transparence Depuis l’installation du gouvernement de Mehdi Jomaâ fin janvier 2014, le ministre de l’Economie et des Finances, Hakim Ben Hamouda, avait prévu des difficultés de trésorerie publique en avril et juillet, mois correspondants à des échéances de remboursements par la Tunisie de crédits extérieurs. Ce qui est nouveau, par contre, c’est la transparence avec laquelle les officiels tunisiens traitent ce dossier délicat. Ainsi, le chef du gouvernement, Mehdi Jomaâ, a déclaré, lui aussi, aux médias que «le gouvernement a dû emprunter 350 millions de dinars (160 millions d’euros) pour boucler les paies des employés de l’Etat pour le mois d’avril et qu’il y aura encore un déficit courant prévisible de 600 millions de dinars (280 millions d’euros) concernant les salaires du mois de juillet prochain». Le secrétaire général de la puissante centrale syndicale, UGTT, Hassine Abbassi, a demandé à Mehdi Jomaâ d’être «transparent avec le peuple, afin qu’il soit conscient de la situation difficile par laquelle passe l’économie et qu’il adhère aux efforts de l’Etat pour y faire face». «C’est le gouvernement incompétent de la Troïka qui a laissé le pays dans cette situation catastrophique et le gouvernement de Mehdi Jomaâ doit dire Toute la vérité au peuple, en précisant les responsabilités de chacun», a indiqué le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami. Reprise du travail Pour faire face à cette situation difficile, le gouvernement tunisien a décidé de lever, durant le mois de mai prochain, un emprunt national de 235 millions d’euros (500 millions de dinars) auprès des citoyens. Mais, le chef du gouvernement, Mehdi Jomaâ, et le gouverneur de la Banque centrale, Chedhly Ayari, ont insisté sur le fait que les prêts ne sauraient résoudre la situation. «Les Tunisiens doivent reprendre le travail et la production», ont-ils insisté. Le ministre de l’Economie et des Finances, Hakim Ben Hamouda, a souligné, pour sa part, que «la reprise normale du travail au bassin minier de Gafsa pourrait générer plus de deux milliards de dinars (un milliard d’euros) de recettes supplémentaires pour l’Etat à travers l’exportation du phosphate et éponger le déficit cumulé de toutes les entreprises publiques». Les activités d’extraction du phosphate n’ont été qu’à la hauteur de 30% de leur rythme habituel en 2011, 2012 et 2013 en raison des sit-in de chômeurs à la recherche d’emploi, qui bloquent les cycles de production. Le gouvernement compte réunir, durant le mois de mai, un Dialogue national sur la question économique avec la participation des syndicats des patrons et des ouvriers, ainsi que les partis politiques et la société civile.  
* La Libye fragilisée par ses milices : 11/10/13 - L’enlèvement, hier, du Premier ministre libyen, Ali Zeidan, par une milice censée dépendre des autorités de Tripoli a mis l’accent sur la prise de pouvoir des groupes armés que le gouvernement n’arrive pas à contrôler. «J’espère que ce problème sera réglé avec raison et sagesse», en évitant «l’escalade», a déclaré hier Ali Zeidan, en évoquant le rapt dont il a fait l’objet le matin même. Hier matin, un groupe d’hommes armés avait enlevé le chef du gouvernement libyen à l’hôtel Corinthia, où il réside depuis plusieurs mois, justement, pour des raisons de sécurité. Peu de temps après, la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, dépendant officieusement des ministères de l’Intérieur et de la Défense, avait revendiqué cet enlèvement, affirmant avoir «arrêté» le Premier ministre «sur ordre du parquet général». Ses ravisseurs disent avoir agi pour dénoncer la participation de Tripoli à l’opération des Navy Seals américains qui ont appréhendé Abou Anas Al Liby, un responsable d’Al Qaîda recherché pour des attentats contre les ambassades des Etats-Unis au Kenya et en Tanzanie en 1998. Cet enlèvement met en évidence l’impuissance de l’Etat face à de multiples groupes armés, pourtant censés opérer sous les ordres des autorités libyennes. Ces milices, aguerries par leurs combats contre les forces de Mouammar El Gueddafi, sont montées en puissance, profitant du vide  sécuritaire après la chute du régime. Après l’effondrement de l’ancien régime, qui a entraîné dans sa chute toutes les institutions, les autorités de transition ont confié aux ex-rebelles le contrôle des frontières, des prisons et des installations stratégiques du pays, donnant à ces milices une légitimité et un sentiment d’impunité. Aveu Encouragées par l’incapacité des autorités à reconstruire une armée et une police professionnelles, ces milices imposent leurs volontés par les armes. Elles ont, par exemple, assiégé trois ministères en avril dernier pour faire adopter une loi excluant du pouvoir les anciens collaborateurs du régime d’El Gueddafi. «Les événements d’aujourd’hui soulignent une fois de plus à quel point la situation sécuritaire est difficile dans le pays et témoignent de la fragilité d’une stabilité dont parlent beaucoup de nos partenaires», a déclaré le porte-parole de la diplomatie russe, Alexender Lokachevitch, cité par les médias russes. Les autorités sont en fait tiraillées par des choix difficiles : recourir à la force au risque d’envenimer une situation instable, ou négocier, ce qui pourrait donner des signes de faiblesse de l’Etat. Après avoir tenu des propos fermes envers ces groupes incontrôlables, le Premier ministre, Ali Zeidan, a été contraint récemment de tempérer son discours après avoir été rappelé à l’ordre par ces groupes, en affirmant qu’ «il n’y a pas de milices en Libye». En réalité, c’est un aveu d’impuissance de l’avis de l’ex-ministre de l’Intérieur démissionnaire, Achour Chawayel, qui a déclaré récemment à une télévision locale qu’«aucune force ne voulait s’engager pour combattre» les milices. Selon plusieurs observateurs libyens, ces milices s’attaquent au pouvoir à chaque fois qu’elles estiment que leurs intérêts sont menacés par les nouvelles autorités. Pour l’analyste Khaled Al Fadhli, l’enlèvement de Zeidan, cinq jours après la capture à Tripoli d’un chef présumé d’Al Qaîda par un commando américain, «illustre le risque d’un possible glissement du pays dans un tunnel obscur». Selon lui, «il se pourrait que le pays soit entraîné dans la spirale de la guerre civile et des actes de vengeance terroristes perpétrés par Al Qaîda».  
Presse dz24.info » Search Results »
Actualite Sports Politique sante economie Guidedz

* Vente Villa El Oued El-Oued (Lkeria 49616 ) : 13/12/14 - annonce (49616) Vente Villa F6 à El Oued :
* TAEKWONDO ? Coupe du monde francophone : La Côte d?Ivoire encore sacrée, Gorome Karé sauve l?honneur : 13/12/14 - La 10ème Coupe du monde francophone de taekwondo se dispute à Dakar où les hostilités ont été ouvertes au stadium Marius Ndiaye. Une compétition encore remportée par les Ivoiriens devant la France et le Niger.
* Real Madrid : le nouveau geste de Cristiano Ronaldo qui fait scandale : 13/12/14 - La séquence est assez pitoyable au ralenti et déjà largement moquée sur Twitter
* (En cours) Palerme 1 ? 0 Sassuolo (Taider) : 13/12/14 - Sassuolo se déplace sur le terrain de Palerme pour le compte de la 15e journée de la Serie A.
* Au Kenya, des "Jeux Olympiques masaï" pour sauver les derniers lions : 13/12/14 - Bondissant dans les airs, brandissant leurs lances en guise de javelots, les chasseurs de lions du Kenya ont rivalisé d'adresse samedi lors de "Jeux Olympiques masaï" organisés pour sauver ces fauves menacés d'extinction et parrainés par le champion olympique du 800 m David Rudisha.
* Vente Appart. 3 pièces à Alger ? 15000000 Dinars DA : 13/12/14 - f3 grand standing quartier résidentiel calme près de tous commerces à 5mn du métro à accès direct à l'autoroute appartement refait à neuf tontes commodités fenêtre et bi-vitree double filtrage bon voisinage place de parking au pied de l' immeuble. meuble importation état neuf
Ajoutée le :13/12/2014 18:10

* (En cours) Valence 3 ? 0 Rayo Vallecano (doublé de Feghouli) : 13/12/14 - Valence reçoit le Rayo Vallecano pour le compte de la 15e journée de la Liga, Feghouli est titulaire.
* Autre Marque Autre Modèle à Relizane ? 69000 Dinars DA : 13/12/14 - bonjours je mets en vente mon camion (mini-truck dfsk ) bien entretenus .carte gris safia . moteur essence 1.3 . a/c . par-choque touché mais rien de grave y a tt sur les photo . pour plus d information contactez-moi !!
Ajoutée le :13/12/2014 18:01

* Vente Appart. 4 pièces à Tlemcen ? 12000000 Dinars DA : 13/12/14 - vente d'un appartement au rez de chaussé a imama cité des 1060 logts, 03 pièces, salon, cuisine avec un séchoir, équipé d'une citerne de 2000l, climatiseur, éléments de cuisine, plaque de cuisine, hotte aspirante, placards au couloir. peut servir pour fonction libéral (docteur, avocat, esthéticienne ...
Ajoutée le :13/12/2014 17:58

* Vente Villa Bordj El Bahri Alger (Lkeria 49615 ) : 13/12/14 - annonce (49615) Vente Villa F11 à Bordj El Bahri :

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://www.france24.com/fr/actualites/rss/= (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Not Found ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
.........

Annuaire des Adresses 2011 - dz24.info - sitemap