Tourisme voyage Guide-dz.com

consultation ccp algerie

Rechercher:

Annuaire des Universites - Annuaire des ecoles - Annuaire des Agences de Voyages  -  Annuaire Gov.dz
Tout Les Guide-dz.Com

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Resultats:



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://fr.news.search.yahoo.com/rss?ei=UTF-8&p==consultation ccp algerie (HTTP Response: HTTP/1.0 400 Bad Request ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
Presse dz24.info » Search Results » consultation
Actualite Sports Politique sante economie Guidedz

* Rompre l?isolement de l?omnipraticien : 25/01/15 - Le rôle du médecin généraliste est devenu aujourd’hui incontournable dans la prise en charge des maladies non transmissibles, un fléau de santé publique. Un aspect qui nécessite l’intervention de toutes les compétences, sont unanimes à dire les spécialistes lors de la 2e journée médicale nationale organisée hier par le Syndicat national des médecins généralistes de santé publique (SNMGSP) à Alger. Le médecin généraliste, a souligné le docteur Salah Laouar, président du SNMGSP, occupe aujourd’hui une place prépondérante pour la prise en charge des maladies non transmissibles dans l’avant-projet de la nouvelle loi sanitaire et dans le plan cancer 2015-2019 suite à nos propositions. Pour ce faire, a indiqué le Dr Laouar, un certificat d’études spécialisées (CUS) sera désormais intégré dans la Fonction publique et sera reconnu par les institutions sanitaires pour que le généraliste puisse disposer de moyens scientifiques et des outils qui lui permettront de prendre en charge des malades atteints de maladies non transmissibles, en l’occurrences le cancer, de la première consultation à l’orientation vers un spécialiste en oncologie et au suivi thérapeutique du malade et soins à domicile qu’il pourra assurer. C’est aussi valable pour les urgences cardiovasculaires, notamment pour la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC). «Cela ne peut être possible que par la création d’un réseau qui évitera l’errance des patients», a-t-il souligné.La reconnaissance du médecin généraliste comme spécialiste est une des revendications du syndicat, a précisé le Dr Laouar, ce qui sous-entend une refonte de toute la formation initiale «pour que la carrière du médecin généraliste ne soit plus considérée comme une carrière par défaut».Et de préciser : «On veut faire sortir le médecin généraliste de l’isolement où il se trouve.» Par ailleurs, le SNMGSP procédera au renouvellement de ses instances à l’issue de cette journée consacrée à «La place de l’omnipraticien dans la prise en charge intégrée du malade cancéreux (colorectal, col de l’utérus, de la prostate, du sein), dépistage et diagnostic».
* RENCONTRE POUR CONSULTATIONS ENTRE GHOUL ET SAHLI : Le gaz de schiste: ?Un mal nécessaire? : 25/01/15 - Après le FLN, le RND et le PT, Amar Ghoul et Belkacem Sahli s'associent à l'orchestre des pro-gaz de schiste.
* Une bouée de sauvetage pour les malades : 24/01/15 - L’association humanitaire et d’aide médicale aux plus démunis «Tendre la main», créée en 2012 en Algérie, par Mme Nafaa Zohra, présidente d’une association éponyme fondée depuis 2002 en France, fait appel aux donateurs. L’association vient d’ouvrir récemment son troisième bureau dans la commune de Lakhdaria (Bouira), après ceux d’Oran et d’Alger, dans le but d’apporter une assistance médicale aux personnes démunies, notamment les enfants. Mme Nafaa affirme que les dons qu’elle a pu collecter depuis la création de l’association proviennent de la communauté algérienne vivant en France. Il faut souligner que le matériel médical et les médicaments qu’elle offre aux enfants malades issus de familles démunies sont introuvables sur le marché national. Et quand ils sont disponibles, leur prix est hors de portée des modestes bourses des patients. De ce fait, la collecte des dons reste la seule solution pour venir en aide à cette frange de la société. La facture du matériel médical que cette association devrait apporter aux enfants brûlés au cours de l’année 2015 s’élève à près de 61 000 euros. L’association est connue dans le domaine de l’humanitaire en Algérie depuis 2007. Elle a eu l’initiative de ramener l’équipe médicale dirigée par le Pr Alain Gilbert, une sommité dans le domaine de la chirurgie du plexus brachial, ainsi que d’autres spécialistes dans la chirurgie de la main. Depuis le début de ce programme, souligne Mme Nafaa,550 consultations et 63 interventions chirurgicales ont été réalisées au niveau de l’établissement hospitalier spécialisé (EHS) de Ben Aknounà Alger. L’équipe médicale y reviendra le début du mois de février.Le souhait de la présidente de l’association est d’ouvrir un centre de rééducation pour enfants à Bouira.Les autorités locales sont interpellées pour lui faciliter la tâche afin que ce projet qui rendra de grands services aux malades et leurs familles puisse se réaliser.
* CHU d?Oran : de nouveaux équipements pour lutter contre le cancer : 22/01/15 - Pour améliorer la prise en charge des malades cancéreux, et conformément aux nouvelles orientations du département ministériel de la Santé pour faire de 2015 une année de «lutte contre le cancer», le centre hospitalo-universitaire d’Oran a été doté de deux bunkers équipés en accélérateurs linéaires destinés à la radiothérapie. Ces deux équipements sophistiqués pour une meilleure prise en charge des patients et la prévention pour le personnel médical et ceux en charge de la manutention seront opérationnels au service des cancéreux du CHUO dès la semaine prochaine. Selon le chargé de la communication, ils vont assurer une meilleure prise en charge des opérations de radiothérapies de l’ordre de 70 personnes par jour, ce qui va diminuer énormément les attentes pour les rendez-vous. Les patients pourront, indique-t-on, à partir du mois de février prochain, subir la radiothérapie le jour même de leur consultation au CHUO. Auparavant, certains malades des wilayas avoisinantes étaient obligés de se déplacer à Oran et devaient attendre plus de six mois pour un rendez vous. Ces accélérateurs linéaires de haute technologie vont désormais assurer un bon fonctionnement au sein de ce service, notamment pour le personnel médical et paramédical. Pour faire face à cette nouvelle approche, plus de 2,3 milliards centimes ont été dégagés pour des travaux de rénovation au sein de ce service.
* Les honoraires sont trop chers ! : 22/01/15 - Si l’on se réfère au dernier décret régulant le coût des consultations médicales chez un médecin généraliste ou spécialiste dans le secteur privé, l’on peut affirmer qu’en dépit d’un seul praticien, aucun praticien ne le respecte, a affirmé un cadre de la CNAS à Relizane. Ce dernier précisera, en outre, que ce facteur a constitué une réelle entorse dans la finalisation de la clause avec les praticiens qui ont refusé le remboursement sur la base des 50 DA comme fixé par le décret. «Néanmoins, a-t-il ajouté, nous avons consenti des efforts et revu à la hausse le seuil du remboursement à 300 DA pour les généralistes et à 600 DA pour les spécialistes, mais en dépit de ces efforts, les spécialistes ont refusé d’adhérer alors que moins de 100 généralistes ont signé la convention. Ainsi, les médecins agréés après avoir prêté serment pour offrir des soins gratuits en cas de besoin ne semblent plus se soucier de la noblesse de leur profession puisque leurs exigences sont loin de veiller sur cette vertu». Hormis un seul praticien, les coûts des prestations chez les généralistes oscillent entre 300 et 600 DA. Du coté des spécialistes, ils dépassent chez certains les 1500 DA. Si pour des avertis, ces tarifications imposées différemment ne reposent sur aucune assise réglementaire, les concernés les justifient par l’évolution de l’inflation en appelant à la révision du dit décret. «Je pense qu’en l’état actuel, il est inadmissible d’offrir des prestations à 50 DA», a lancé un médecin en ajoutant : «Je comprends les difficultés des patients, notamment ceux non affiliés aux caisses d’assurances mais nous, aussi, nous avons des charges». Pour le directeur de la Santé et de la Population (DSP) à Relizane, le problème de ces tarifs a toujours été revendiqué par la base. Quoi qu’on soit sensible à ce phénomène, nous ne disposons d’aucun mécanisme pour le contrôler, a-t-il dit. «Si l’on arrive à fixer une tarification honorable unifiée et adaptée avec le service du praticien privé (tarif de jour, tarif de nuit et le tarif du déplacement), l’on apportera un sérieux apport aux établissements publics de santé», a souligné le DSP en ajoutant : «Les tarifs exagérés par les médecins privés contraignent souvent les malades à recourir aux EPH et EPSP en supportant les souffrances des files d’attente». Ces tarifs peu supportables par les malades ont eu, selon des connaisseurs, leurs  impacts sur le citoyen qui s’est orienté soit vers la médecine traditionnelle, soit à l’auto-médicamentation ou à la «roqia» avec tout ce que cela pourra engendrer comme risque sur la santé publique. Pour le cas exemplaire du Dr Boucheria, le problème est d’ordre déontologique. «J’ai prêté serment et je veille sur ce serment», a-t-il dit en ajoutant : «J’ai grandi pauvre et je tiens à être à coté de cette frange de la population». Il a ajouté un détail important qui l’aurait marqué : «Alors que nous étions petits, mes frères et moi, notre père a été emprisonné et condamné à mort et durant ce temps les coiffeurs et les épiciers de notre quartier se disputaient pour nous offrir gratuitement tout ce dont nous avions besoin», a-t-il rappelé en concluant : «Je suis médecin et je dois apporter le bonheur à mes patients, ça me réconforte et c’est important pour moi».      
* Désordre tarifaire à Mascara : 22/01/15 - À Mascara, en l’absence d’un barème unifié, chacun des médecins généralistes ou spécialistes exerçant dans le secteur privé applique un tarif de consultation selon sa propre volonté. «Un désordre tarifaire existe dans le secteur privé de la santé», déplore un citoyen. Certains praticiens augmentent leurs tarifs de consultation comme bon leur semble. Pour les autres, dans leur majorité des médecins généralistes, continuent à appliquer d’anciens honoraires, à savoir 200 et 500 dinars la consultation.Une source de la CNAS nous a déclaré que l’anarchie tarifaire ne va pas durer. Car, «les praticiens du secteur privé vont automatiquement adhérer au dispositif de conventionnement du médecin traitant qui ne concerne, pour le moment, que les retraités et leurs ayants droit», nous dit-on. La même source a révélé que «le nombre de médecins adhérant au dispositif de la CNAS est en nette augmentation. Ils sont 58 médecins spécialistes et 13 médecins généralistes qui sont conventionnés dans la wilaya de Mascara». Le taux, selon notre source, est de l’ordre de 45 %. Selon les données qui sont en notre possession, la wilaya de Mascara compte 231 médecins exerçant dans le secteur privé dont 117 généralistes et 114 spécialistes. À ceux-là, s’ajoutent 73 autres chirurgiens dentistes. D’autres indications font état «de l’absence de volonté de ceux ayant pouvoir de décision à l’effet de mettre un terme à cette anarchie tarifaire par une grande partie des médecins du secteur privé». Une source affirme qu’«aucun organisme n’assure le contrôle». Et d’ajouter que «les dernières mesures prises dans ce contexte remontent à l’année 1987 qui ont fixé à 50 dinars les honoraires des médecins généralistes et à 100 dinars ceux des praticiens spécialistes». Sous couvert de l’anonymat, un médecin spécialiste a tenu à nous préciser que «certains confrères appliquent des tarifs très bas pour attirer un plus grand nombre de patients au détriment de la qualité de la prestation de services».    
* Les Libyens commencent à revenir à la raison : 18/01/15 - Peu après la fin du premier round de négociations, Fajr Libya a annoncé, en guise de bonne volonté, un «cessez-le-feu» sur tous les fronts à condition que «les autres parties respectent la trêve». Cette milice faisait notamment référence aux forces du général Khalifa Haftar, alliées au gouvernement reconnu par la communauté internationale. Les appels au calme et à la raison commencent à trouver un écho auprès des seigneurs de la guerre en Libye. Après deux jours de discussions «constructives» à Genève, les différents protagonistes de la crise libyenne sont en effet tombés d’accord pour mettre fin aux hostilités et établir un agenda pour former un gouvernement d’union nationale. Ces négociations visent, sur le long terme, à mettre fin au chaos sécuritaire et à l’anarchie institutionnelle qui règnent en Libye depuis le renversement du colonel El Gueddafi en octobre 2011. Le pays est passé, depuis cette date, sous la coupe de milices d’ex-rebelles qui se disputent les territoires de ce pays et le contrôle de la manne pétrolière. Autre facteur aggravant, le pays est dirigé depuis plusieurs semaines par deux Parlements et deux gouvernements rivaux. Les anciens proches d’El Gueddafi tentent aussi de s’imposer à nouveau sur l’échiquier politique libyen. Ce qui a eu pour conséquence de compliquer la situation. Au cours de ce premier cycle de discussions, les 14 parties prenantes du conflit libyen ont appelé, selon un communiqué rendu public vendredi par l’ONU qui parraine ces négociations, à une cessation des hostilités «pour créer un environnement positif au dialogue» et «permettre à l’Etat d’affirmer son autorité sur les infrastructures vitales du pays». Pour y parvenir, elles ont demandé notamment la «libération des personnes détenues illégalement, le traitement de la question des déplacés et des réfugiés, la réouverture des aéroports et la liberté de mouvement dans le pays». En attendant Fajr Libya Malgré le résultat positif auxquelles elles ont débouché, l’optimisme qui entoure ces discussions de Genève doit cependant rester mesuré car deux acteurs de premier plan n’y ont pas participé. Il s’agit du gouvernement de Tripoli, rival au gouvernement de Tobrouk reconnu par la communauté internationale, et  Fajr Libya, une importante coalition de milices, qui contrôle plusieurs villes du pays dont Tripoli. Sans leur implication dans les négociations, il est peu probable que l’ONU réussisse à ramener la paix. Mais il n’est pas impossible de les voir présents à Genève au prochain round de discussions. C’est le cas, du moins de Fajr Libya, qui multiplie les gestes d’apaisement. Peu après la fin du premier round de négociations, Fajr Libya a en effet annoncé un «cessez-le-feu» sur tous les fronts à condition que «les autres parties respectent  la trêve». Cette milice faisait notamment référence aux forces du général Khalifa Haftar, alliées au gouvernement El Thani reconnu par la communauté internationale. Fajr Libya s’est engagée également vendredi «à ouvrir des couloirs de sécurité pour la fourniture d’une aide humanitaire», tout spécialement pour Benghazi, la deuxième ville du pays qui échappe au contrôle du gouvernement reconnu par la communauté internationale. Les participants à la réunion de Genève ont regagné, vendredi, la Libye pour des consultations. Il est prévu qu’ils se retrouvent la semaine prochaine. La reprise des discussions pourrait probablement se faire mardi. Et ceux qui avaient été invités et n’ont pas participé à ce cycle, comme Fajr Libya, sont encouragés par l’ONU à se joindre aux discussions. Si cette milice consent à réserver un billet pour Genève, Bernadino Leon, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, aura réellement réussi une prouesse.
* Repère : La Libye dans l?attente d?un accord : 17/01/15 - Les parties libyennes sont parvenues hier, à Genève, à au moins atténuer certaines appréhensions, en attendant la concrétisation d’un certain nombre d’engagements, et même un seul, celui de mettre fin à la guerre civile qui est en train de morceler la Libye. On retiendra donc depuis jeudi, que la réunion programmée par l’envoyé spécial de l’ONU, Bernardino Leon, a bien eu lieu, tout en soulignant que l’essentiel est à venir. Que les parties libyennes présentes dans la cité helvétique ont convenu de se revoir, signe d’un accord. Et troisièmement, qu’elles ont non seulement souscrit à la feuille de route de l’ONU en vue d’une solution négociée, mais qu’elles sont parvenues hier à un accord sur un agenda en vue de former un gouvernement d’unité, selon un communiqué de l’ONU. Elles ont également appelé à une cessation des hostilités pour faciliter le dialogue. «Les participants ont appelé toutes les parties à cesser les hostilités pour créer un environnement positif pour le dialogue», indique un communiqué de l’ONU après deux jours de réunion et qui signe là un premier succès. Jusqu’à présent, seule la mission de l’ONU en Libye (Misnul) appelait à cette cessation des combats. Ce premier cycle de discussions a permis un accord sur un agenda avec l’ambition de «parvenir à un accord pour former un gouvernement d’unité consensuel et la nécessité de dispositions de sécurité pour arrêter les combats et garantir le retrait par phases des groupes armés de toutes les villes libyennes afin de permettre à l’Etat d’affirmer son autorité sur les   infrastructures vitales du pays», après une réunion qui n’a duré qu’un seul jour,  jeudi. Les participants, qui ont regagné la Libye hier pour des consultations, doivent donc se retrouver la semaine prochaine à Genève, sans doute mardi. Signe que l’ONU entend obtenir le plus large accord possible,  elle a appelé hier ceux qui avaient été invités mais qui n’ont pas participé à ce cycle à se joindre aux discussions. C’est le mot employé hier, et pas celui de négociations, donnant ainsi une autre connotation à cette approche. Aussi apprend-on que celles-ci étaient «constructives» et ont été menées dans une   «atmosphère positive», note le communiqué. Les participants demandent notamment la libération des personnes détenues illégalement, que la question des déplacés et des réfugiés soit traitée, la réouverture des aéroports et la liberté de mouvement dans le pays. L’objectif de cette réunion est de tenter de sortir la Libye du chaos dans lequel elle s’est enfoncée depuis la chute de Mouammar El Gueddafi en octobre 2011. Le pays est passé sous la coupe de milices d’ex-rebelles qui se disputent les vastes territoires  désertiques et la manne pétrolière. La situation s’est aggravée ces derniers mois avec deux gouvernements et deux Parlements parallèles, et les deux plus grandes villes du pays, Tripoli et Benghazi (est), sont tombées entièrement, ou partiellement, aux mains de milices. Bernardino Leon, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye et chef de la mission de l’ONU (Misnul), a précisé que «toutes les parties qui sont engagées dans une Libye stable et démocratique à travers des moyens pacifiques avaient été invitées à Genève». La Misnul a fait état de la participation de membres du Parlement reconnu par la communauté internationale, dont certains qui le boycottent, de personnalités de la société civile, dont des femmes, et de membres des gouvernements provisoires précédents.  Des membres du Parlement sortant, le Congrès général national (CGN), basé à Tripoli, ont été invités, mais étaient toujours attendus à Genève, sauf qu’aucune liste de participants n’a été dévoilée, ce qui aurait permis de mesurer l’ampleur de cet accord, et savoir par conséquent s’il y aurait des oppositions, voire des réserves, qui correspondraient à la réalité du terrain, les combats de ces derniers jours en étant la preuve.  
* Sétif : La caravane médicale reprend son périple : 15/01/15 - La caravane médicale de la protection civile qui avait sillonné entre juin et décembre 2014 plusieurs communes de la wilaya de Sétif, a repris son périple, lundi, pour toucher 47 autres villages dans 25 communes, a-t-on appris auprès de ce corps constitué. Le coup d’envoi de cette opération inscrite dans le cadre d’un programme mis en œuvre par le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, visant à prodiguer des consultations et des soins aux familles défavorisées, a été donné dans la commune d’Aïn Oulmene, au sud de Sétif. En 2014, la même opération initiée par la protection civile avait été ponctuée par la distribution de 1.411 boîtes de divers médicaments et par 1.184 consultations médicales. Près de 60 villages relevant d’une trentaine de communes de la wilaya de Sétif ont reçu, l’année dernière, la visite de cette caravane, a rappelé la même source.
* Chebli : La polyclinique «relookée» : 14/01/15 - La polyclinique de Chebli (wilaya de Blida) vient dêtre restaurée. Devenue un véritable chantier, depuis quelques mois, pour des travaux d’aménagement (intérieur et extérieur), elle a été, enfin, réceptionnée récemment. Cette polyclinique accueille des malades de Chebli et  des communes environnantes (Bouinan et Ouled Chebel), qui n’ont pas de service maternité,  ni certaines spécialités. «Pour l’année 2014, seulement, nous dit le docteur Belkebir Hacène, coordinateur de la polyclinique de Chebli, le pavillon des urgences a reçu 34 127 malades, pour les consultations générales 41 244 et 64 533 soins généraux (infirmiers). Au service maternité, 669 accouchements ont été enregistrés ( 2/jour en moyenne), le laboratoire a effectué 20 530 analyses, en PMI (Protection maternelle et infantile), 26 960 enfants ont été vaccinés. Vous voyez, nous n’avons pas chômé, durant l’année écoulée » ! Un établissement d’une telle envergure et connaissant un tel afflux avait besoin de travaux d’aménagement. «Une maternité nouvelle avec un équipement nouveau», avait promis le wali, lors d’une précédente visite. Des travaux ont été effectués, dans tous les locaux de la polyclinique. Problème de relève Le service maternité a été rénové et prêt à fonctionner avec dix sages-femmes, mais il rencontre des problèmes. En effet, le service de radiologie n’est pas opérationnel, à cause la de radio non encore installée. Le docteur Saim Abdenour, médecin-chef, nous confie qu’après le départ à la retraite des sages-femmes, l’établissement connaîtra un sérieux problème,, car la relève risque de ne pas être assurée, à cause de l’absence de formation dans ce corps. L’APC de Chebli promet que les travaux d’aménagement extérieur s’achèveront dans les jours à venir. Cet établissement de santé de proximité joue un rôle important dans la vie des citoyens de la commune et ceux des environs, ainsi aménagé et équipé, ses services ne seront que plus opérationnels et plus performants, ce qui fera, sans nul doute, plaisir aux malades de la région. Pourvu que la relève des sages-femmes soit bien assurée.
Presse dz24.info » Search Results »
Actualite Sports Politique sante economie Guidedz

* Egypte: quinze morts au jour anniversaire de la révolte de 2011 : 25/01/15 - Le quatrième anniversaire de la révolte qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir a été marqué dimanche par les violences les plus meurtrières depuis des mois, avec 15 personnes tuées lors de heurts entre manifestants et policiers.
* Egypte: quatorze morts au jour anniversaire de la révolte de 2011 : 25/01/15 - Le quatrième anniversaire de la révolte de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir a été marqué dimanche par les violences les plus meurtrières depuis des mois, avec 14 personnes tuées lors de heurts entre manifestants et policiers.
* Comment les socialistes français pensent digérer le succès de Syriza : 25/01/15 - Si les dirigeants socialistes affichent une sérénité qu’ils voudraient offensive, il n’en reste pas moins une angoisse qui se renforce avec l'illusion d'un Syriza à la française. 
* FlightStats Announces 6th Annual ?Best of the Best? 2014 Airline OPS Awards Finalists : 25/01/15 - FlightStats,Inc., the leader in global flight data services, solutions and technology for the travel industry has released the top ten finalists for the 6th Annual Airline On-Time Performance Service Awards.(PRWeb January 25, 2015)Read the full story at
* Égypte: 14 morts au jour anniversaire de la révolte : 25/01/15 - Le quatrième anniversaire de la révolte de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir a été marqué dimanche par les violences les plus meurtrières depuis des mois, avec 14 personnes tuées lors de heurts entre manifestants et policiers. (AFP)
* Vente Local Alger-Centre Alger (Lkeria 50790 ) : 25/01/15 - annonce (50790) Vente Local F0 à Alger-Centre :
* Autre Marque Autre Modèle à Béjaia ? 450000 Dinars DA : 25/01/15 - petite camionnette, année 2012 faible kilométrage younes
Ajoutée le :25/01/2015 19:51

* Lyon : un recruteur d?un club anglais a été présent pour Fekir : 25/01/15 - Victorieux face à Metz ce dimanche (2-0), les joueurs de l'Olympique Lyonnais se sont illustrés sous les yeux de Gilles Grimandi.
* Gabon 0-0 Guinée Equatoriale, Congo 0-0 Burkina Faso : 25/01/15 - C'est en ce moment même que les deux dernières rencontres du groupe A sont entrain de se jouer à Bata et Ebebiyin.
* Barça : un prêt de Ter Stegen en Premier League envisagé ? : 25/01/15 - Depuis le début de saison, Marc-André Ter Stegen doit subir la concurrence de Claudio Bravo. En Liga, le gardien de but allemand n'a ainsi disputé aucune rencontre avec le FC Barcelone.

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://www.france24.com/fr/actualites/rss/= (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Not Found ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
.........

Annuaire des Adresses 2011 - dz24.info - sitemap