consultation ccp algerie

Rechercher:

Annuaire des Universites - Annuaire des ecoles - Annuaire des Agences de Voyages  -  Annuaire Gov.dz
Tout Les Guide-dz.Com

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Resultats



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://fr.news.search.yahoo.com/rss?ei=UTF-8&p==consultation ccp algerie (HTTP Response: HTTP/1.0 400 Bad Request ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
Presse dz24.info » Search Results » consultation
Actualite Sports Politique sante economie culture

* Près de 400 boulangers concernés par la permanence : 27/07/14 - A la veille de l’Aïd, le porte-parole de l’UGCAA signale d’ores et déjà deux défaillances : des commerçants qui seraient concernés par la permanence n’ont pas été informés par la DCP et les APC n’ont pas jugé utile d’afficher les listes des concernés. Il y a une crainte que les permanences des commerçants ne soient pas assurées les deux jours de l’Aïd. Le porte-parole de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) signale des défaillances risquant de perturber toute l’opération. Quelque 1000 commerçants sont concernés par la permanence à Alger, parmi lesquels figurent entre 300 et 400 boulangers. «L’UGCAA, associée à l’élaboration des listes, a souhaité que les commerçants astreints à la permanence, couvrent plusieurs quartiers des 57 communes de la capitale. Le problème qui s’est posé est lié au fait que des commerçants ne savent pas s’ils sont ou non inscrits sur les listes. Un boulanger de la rue Ben M’hidi m’a contacté pour savoir s’il y était. Il m’a affirmé que des agents de la direction du commerce qui sont passés le voir ne sont pas revenus pour l’informer s’il est sur la liste. Le problème ne se posera pas quant à la disponibilité des produits de large consommation, comme le pain par exemple, mais par rapport à la défaillance du mécanisme, des commerçants, qui seraient inscrits sur les listes, n’étant pas informés à temps. Certains ont déjà libéré leurs ouvriers. Il faut savoir que 70% de l’effectif sont des gens qui habitent hors wilaya», précise El Hadj Tahar Boulenouar. L’autre aspect mis en avant est lié à la «défaillance» des APC, qui n’ont pas affiché les listes pour que les citoyens sachent que tel ou tel commerçant est astreint à ouvrir les deux jours de l’Aïd. «Le citoyen — but ultime d’une telle opération — doit être suffisamment informé par voie d’affichage pour qu’il ne perde les jours de l’Aïd à la recherche d’un hypothétique boulanger. L’année dernière, des commerçants, ouverts les jours de la fête, ont jeté leurs baguettes, alors que d’autres étaient fortement sollicités. Les APC, associées dans la commission, vont dire que la DCP ne leur a pas communiqué les listes alors que ces derniers justifieront cette bévue par le manque d’implication des administrations locales. Mais lequel croire ?» s’interroge M. Boulenouar qui fait remarquer qu’en plus des deux problèmes sus-cités, figure le souci des coupures d’électricité alors que Sonelgaz devrait assurer, selon un communiqué, la prise en charge pour rassurer les boulangers. La réglementation sur les permanences a été étoffée. La loi n° 13-06 du 23 juillet 2013 modifiant et complétant la loi n° 04-08 du 14 août 2004 relative aux conditions d’exercice des activités commerciales stipule que le wali fixe, par arrêté, après consultation des associations professionnelles concernées, la liste des commerçants devant assurer la permanence durant les périodes et les jours de fermeture pour congés ou pour fêtes légales, en vue de garantir un approvisionnement régulier des populations en produits et services de large consommation. Selon l’article 41 bis, le non-respect de l’obligation de permanence prévue à l’alinéa 2 de l’article 22 est sanctionné par une amende de 30 000 dinars à 200 000 dinars. Toutefois, le directeur du commerce de la wilaya propose au contrevenant une amende transactionnelle d’un montant de 100 000 DA. En cas de récidive, le contrevenant ne peut bénéficier de l’amende transactionnelle et est sanctionné par l’amende prévue à l’alinéa 2 ci-dessus. En outre, le wali procède par arrêté à la fermeture administrative du local abritant l’activité commerciale, pour une durée de trente jours.   Continue reading
* LES CONSULTATIONS SUR LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION SERONT RELANCÉES PARTIELLEMENT : Ouyahia peaufine sa copie : 23/07/14 - Le directeur de cabinet de la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, pourrait organiser «un deuxième tour» des consultations avant la rentrée politique et sociale en septembre. Continue reading
* Hocine Necib insiste sur le « made in Algéria » dans son secteur : 23/07/14 - Afin de booster davantage son secteur , le Ministre des Ressources en Eau, Hocine Necib , lors de sa visite de travail effectuée dimanche dernier dans la wilaya de Tipasa, a exhorté les entreprises publiques à s’impliquer davantage dans les projets de son secteur, mais surtout respecter les délais de réalisation et les normes de la qualité des travaux. D’ailleurs, au niveau du barrage de Kef-Eddir (Damous) , Hocine Necib a évoqué la problématique de l’envasement des barrages. « Nous avons trouvé une solution intermédiaire à ce jour, en achetant une machine auprès de Sider qui mesure 25 m de long et nous comptons acheter 2 autres révèle le membre du gouvernement , l’envasement des barrages n’est pas une fatalité », déclare-t-il à son entourage. Il a insisté auprès du responsable de l’entreprise publique ALIECO (Algerian Industriel Equipement Compagnie) , opérateur économique qui produit des équipements hydromécaniques pour les barrages et dont le siège se trouve à Cote Rouge (Alger) . « Ce sera un défi à relever dit-il à son interlocuteur , fabriquez un prototype des dragues , nous sommes prêts à accompagner les opérateurs nationaux pour l’acquisition des moyens de production afin de pouvoir fabriquer des dragues de barrages pour la 1ère fois en Algérie et sommes prêts à acheter les premiers prototypes , maintenant que nous avons construit plusieurs barrage , alors qu’un nombre important de barrages est en cours de réalisation et d’autres sont inscrits dans le programme du Gouvernement , nous devons assurer le dragage de nos barrages grâce à ces machines que nous devons fabriquer en Algérie », conclut-il. Si le Gouvernement avait programmé la construction de 13 stations de dessalement d’eau de mer (SDEM) , aujourd’hui il ne reste que 02 SDEM qui produisent 100.000 M3/jour à réaliser. Les travaux n’ont pas démarré. Il s’agit des SDEM d’Oued-Sebt (Tipasa) et Tarf. Interrogé par El-Watan sur ce cas précis , Hocine Necib répond, « nous avons déjà réalisé 09 stations inscrites dans ce programme explique-t-il , 02 sont en voie de construction ( Ténès et Oran) indique-t-il, nous sommes en consultation pour constituer un consortium purement algérien , afin de pouvoir financer et réaliser pour la 1ère fois 02 SDEM ( Tipasa et Tarf ) avec les moyens algériens », conclut-il. Necib Hocine insiste sur le « made in Algeria » dans son secteur.   Continue reading
* Un humour vif et intelligent ! : 22/07/14 - Djornane El Gosto se détache, cette année encore, comme le meilleur programme télévisé du Ramadhan 2014. L’équipe de Abdelkader Djeriou, concepteur artistique, et de Ryad Rejdel, producteur (Studio 7), s’amuse chaque soir, à 20h30 sur El Djazaïria Tv à passer en revue l’actualité nationale et internationale avec humour et propos décalés. Un humour frais, intelligent et vif. Les personnages utilisent le dialecte algérien avec ses différents accents et couleurs. Nabil Asli (Bahlitto), Moufida Addas (Hada El Guelmia), Madli (Mourad Saouli), Mohamed Khassani (Abou Obeida), Kamel Abdat (Dahmane), Nassim Haddouche (Mouhoub), Wassila Mokrane (Capsula) et Femina (Fatima Belabed) s’éclatent dans le «stah» (terrasse), censé représenter un territoire, un pays, une république. Tout se déroule dans ce «stah» avec une vue panoramique sur Alger by night. Chaque soir des personnalités politiques, artistiques ou sportives sont imitées, critiquées. Tout le monde y passe : Mouloud Hamrouche, Ahmed Ouyahia, Ali Benflis, Vahid Halilhodzic, Ali Fawzi Rebaïne, Abderrahmane Djalti, Mohamed Aïssa, Abdelmalek Sellal, Cheb Billel, Rachid Nekkaz, Takfarinas, Cheb Yazid, Allaoua, Cheb Khaled… Le président Bouteflika est présent à travers la voix. Djornane El Gosto brasse large, pas de choix particuliers, ni de «cibles» à éviter. Les pots de peinture sont lancés sur ceux qui font l’actualité politique, culturelle, sociale et sportive du jour. Pas pour faire mal ou blesser, mais pour montrer parfois le côté absurde de certaines déclarations, positions ou décisions. Djornane El Gosto, qui se décline donc comme un journal télévisé, est divisé en plusieurs rubriques : politique, culture, sport, météo et invités. Hada El Guelmia présente les nouvelles culturelles. «Dans le ‘‘stah’’, je suis la femme qui résiste et qui subit également la hogra. Je suis l’épouse de Madli qui me vole l’argent de la location et celui de l’Ansej», explique Moufida Addas. Abou Obeida représente le faux homme religieux. «Il interdit des choses aux gens et lui fait ce qu’il veut. Nous n’avons pas du tout l’intention de nous attaquer à la religion, mais nous voulons mettre en avant l’idée de la malsaine exploitation de l’islam à travers la barbe et le kamis parfois. Le culte est d’abord une question de foi, de comportement et de moralité. L’année écoulée, des imams ont attaqué dans leurs prêches le personnage de Abou Obeida faisant le parallèle avec un compagnon du Prophète. Nous faisons de l’humour sans porter atteinte à la dignité des gens», soutient Mohamed Khassani dont le talent est justement révélé par Djornane El Gosto qui en est déjà à sa saison III. «Dans les cafés, tous les tabous sont cassés» «Nous avons de l’audace, mais nous savons que nous sommes en Algérie. Sans manquer de respect aux téléspectateurs, nous tentons de montrer au public certaines choses qui sont parfois difficiles à accepter», dit-il. «Nous faisons de la politique certes, mais c’est d’abord de l’humour. C’est pour cela qu’il faut s’intéresser aux détails. Je ne pense pas qu’on puisse parler de tabous en 2014 en Algérie. Dans les cafés, tous les tabous ont été cassés ! Les gens sont parfois réservés pour des questions liées à la religion, mais ce n’est plus le cas pour la politique. Tout est à découvert. Notre manière d’aborder les sujets est peut-être audacieuse», soutient, de son côté, Nabil Asli. La présidentielle d’avril 2014 s’est invitée dans Djornane El Gosto d’une autre manière. Inévitable ! «La campagne électorale était une bonne matière dramatique. Nous sommes revenus dessus sans oublier l’actualité. Chacun de nous a la capacité d’imiter les personnalités, mais Nassim Hadouche est le plus fort. Dans l’imitation, il faut qu’il ait une certaine crédibilité dans le jeu. Chaque algérien a un ‘‘stah’’ dans sa tête, chacun voit le monde à sa manière. D’où l’idée du ‘‘stah’’ dans Djornane El Gosto», ajoute Nabil Asli. Nassim Hadouche visionne des vidéos sur youtube avant de préparer l’imitation d’une personnalité. «Il s’agit en fait d’une caricature sur cette personnalité. Ce n’est pas une imitation intégrale. Pour moi, la personnalité du président de la République est la plus facile à imiter. Il y a une magie dans Djornane El Gosto avec cette vie qui émerge d’un ‘‘stah’’. Nous faisons notre autocritique après chaque épisode», relève Nassim Hadouche. Kamel Abdat joue le rôle de Dahmane, un journaliste raté et nerveux qui mène la vie dure à son épouse Capsula. «Mais, c’est un rebelle, revendicatif. Il est toujours contre le système. Mais, pour cette saison, il est devenu plus fanatique. En Algérie, il y a un certain fanatisme religieux et régionaliste. A travers Dahmane, nous voulons toucher du doigt cette situation. Cela dit, nous essayons d’aborder tous les sujets en prenant en considération la société. Nous ne sommes pas encore habitués à l’esprit critique, à la dérision et à la caricature», souligne Kamel Abdat. Selon lui, certains artistes n’ont pas aimé l’imitation qui a été faite d’eux dans Djornane El Gosto. «Nous n’avons pas de comptes personnels à régler. Nous essayons de tout parodier sans arrière-pensées, pour le plaisir du téléspectateur», dit-il. «Nous aimons tous les artistes. Nous les critiquons mais sans les blesser. L’année dernière, des artistes ont protesté. Pour nous, il s’agit d’hommes et de femmes publics qu’on peut aborder dans une émission d’humour. Pour les répliques politiques, nous veillons à être précis, nous évitons l’improvisation. Ce qui n’est toujours pas le cas pour la culture. Les comédiens apportent leurs contributions aux dialogues», note Abdelkader Djeriou qui estime que les personnages sont «faits» pour le public algérien. Capsula est une femme qui s’intéresse au sport et qui est toujours sur les nerfs. «C’est à l’image de ce qui existe dans notre société. Les Algériennes sont nerveuses ! Ma relation avec Dahmane est toujours tendue. C’est ce qui existe également dans la vie de tous les jours», souligne Wassila Mokrane. Amina Belabed est la nouvelle recrue du «stah», elle interprète le rôle de Fémina, celle qui défend la cause de la femme. Cette comédienne du théâtre a partagé la scène avec Abdelkader Djeriou pour la pièce Sawaïd. «Avant de venir, j’étais fan de Djornane El Gosto. Et je le suis toujours. Au début, il était difficile pour moi de rentrer dans l’ambiance. L’équipe m’a beaucoup aidée avec des conseils. Il n’y a, parmi eux, aucun égoïste. Il s’agit de vrais artistes, généreux. J’avoue que je suis gâtée. Nous sommes une grande famille», confie-t-elle. Elle plaide pour «la banalisation» de certaines choses et briser les faux interdits. «Cela fait quatre ans que nous sommes ensemble. Notre force est dans le travail collectif. Chacun a sa touche dans le ‘‘stah’’», soutient Mohamed Khassani. «Nous encourageons celui qui fait une bonne prestation et critiquons celui qui n’assure pas bien son rôle. L’équipe de Djornane El Gosto c’est comme les doigts d’une seule main, unis. Nous avons pris l’habitude de rompre le jeûne entre nous, loin de la famille. Le soutien du public nous fait tout oublier», estime Wassila Mokrane. Rythme infernal «Je termine à 4h du matin, me lève vers 11h, lis d’abord la presse et puis j’écris le scénario entre 12h et 15h30. A 16 h, je fais les répétitions avec les comédiens jusqu’à 19h30. Après le f’tour, vers 21h30, on commence le tournage jusqu’à 4h. Chaque jour. C’est un rythme infernal, parfois ça joue sur le moral. Il y a la pression du temps et celle du public», confie Abdelkader Djeriou. L’équipe de Djornane El Gosto suit tout ce qui s’écrit sur l’émission et sur les réseaux sociaux et sur internet. «Notre public nous suit depuis les deux précédentes saisons. Nous avons donc un fardeau sur les épaules. On essaie alors d’apporter un plus dans cette saison III. Le concept nous limite quelque peu, mais nous avons essayé d’aborder des thèmes que nous n’avons pas traités l’année dernière, comme les conflits politiques, la situation au FLN ou les mythes qui entourent la politique. Le numéro sur Hamrouche a été apprécié par exemple. Les déclarations des hommes politiques nourrissent Djornane El Gosto. Nous offrons donc de la politique dans un plat facile à digérer pour le large public», estime Abdelkader Djeriou. Il rejoint l’idée de Nabil Asli sur l’absence de ligne rouge. «La ligne rouge existe dans la tête des artistes. Notre objectif est de divertir le public d’une manière différente. Certes, il existe des limites, mais nous tentons d’aller jusqu’au bout dans notre folie. Cela dit, les politiciens algériens ne sont pas habitués à ce genre d’humour. Nous ne sommes ni avec eux ni contre eux. Nous donnons un autre point de vue d’artistes. Aucun artiste n’a été invité aux consultations d’Ahmed Ouyahia sur la Constitition ! Pour construire un pays, la culture c’est très important», appuie Abdelkader Djeriou. «Les lignes rouges, c’est entre nous. On essaie d’éviter les termes qui peuvent heurter les gens. On trouve toujours le mot qu’il faut, le mot consensuel. Nous nous concertons entre nous. Je peux dire qu’il s’agit d’un succès collectif grâce à un échange continue d’idées», reprend Moufida Addas. Selon Abdelkader Djeriou, aucun numéro de Djornane El Gosto n’a subi de censure. «Il nous est parfois difficile de marcher dans la rue. Je suis très honorée lorsque les gens nous arrêtent pour nous dire ‘‘Yatikoum essaha’’. Certains nous critiquent. Nous acceptons les critiques fondées. Notre émission est une image de ce qui existe réellement», souligne Moufida Addas.    Continue reading
* ??? ???? ?????? ??????? eccp.poste.dz : 21/07/14 - ????? ????? ????? ??? ???? ?????? ??????? ?????? ???????? Algérie Poste Le site de consultation eCCP d’Algérie poste : http://eccp.poste.dz/ Consultation CCP Compte ????? ???? ?????? ??? ????? ????? ???? ????? ??????? ?????? ?? ?????? ?????? ????? ??????? www.poste.dz ??????? ???? ?????? ?????? ??? ?????? ??????? … Continue reading
* Makdha (Mascara) : Graves révélations du maire : 17/07/14 - Selon le maire, «certains élus ont exercé du chantage: attribuer des logements pour leurs proches ou ils procéderont à un retrait de confiance». Rien ne va plus à l’Assemblée populaire communale (APC) de Makdha, relevant de la daïra de Ghriss et distante de 32 km du chef-lieu de la wilaya de Mascara. Le courant entre le maire Begga Miloud, d’obédience FLN, et les 12 autres élus de l’assemblée des partis FLN, MSP, RND, MPA et PT ne passe plus, depuis la décision de ces derniers, le 3 juillet 2014, de retirer leur confiance à leur président. Les 12 élus «contestataires», par le biais d’une missive portant leurs signatures et empreintes, adressée au wali de Mascara, Ouled Salah Zitouni, dont une copie est en notre possession, reprochent au maire «la gestion unilatérale, l’utilisation du véhicule de l’APC à des fins personnelles, le blocage du développement dans la commune, résidence hors la commune, l’octroi des bons de commande sans la consultation de l’assemblée et l’offense aux fonctionnaires, vice-présidents et autres membres élus». Ce mercredi 16 juillet 2014, contacté par téléphone, le président de l’APC de Makdha, Begga Miloud, a fait une mise au point à ses adversaires en témoignant que «chacun des signataires de la motion de retrait de confiance a bénéficié d’au moins deux aides financières destinées à l’habitat rural, en son nom ou celui d’un proche». En ajoutant : «Pis encore, certains élus ont formulé des demandes pour l’acquisition de logements sociaux aux noms de leurs proches. Quant la liste des 13 logements a été affichée, il y a une quinzaine de jours, et que les noms pour lesquels ils sont intervenus n’ont pas été retenus, ces gens ont exhibé le chantage du retrait de confiance». Le maire a, parallèlement, rejeté en bloc la majorité des faits que les douze «élus» lui reprochent, en disant : «Je ne vois pas où se situe la gestion unilatérale ? Ces élus assistent aux réunions de l’assemblée au terme desquelles ils signent les procès-verbaux. Quant au développement de notre localité, nous sommes la première commune, dans la daïra de Ghriss, qui a réussi à consommer ses crédits qui lui sont alloués dans le cadre du Plan communal de développement (PCD) de 2013».                      Continue reading
* Conseil de la ligue arabe: Réunion de consultation sur la Libye : 16/07/14 - Le conseil de la Ligue arabe au niveau des délégués a tenu, mercredi, une réunion consultative sur la situation en Libye à la demande du Continue reading
* MASCARA : L?APC de Makdha bloquée par les conflits d?intérêts personnels : 16/07/14 - L’Assemblée populaire communale (APC) de Makdha, à 32 km de Mascara, est bloquée, depuis le 3 juillet 2014. Une situation due, selon le maire, Begga Miloud, à un conflit «d’intérêt personnel».   En effet, constituant la majorité écrasante, les douze élus de l’APC de Makdha ont, par le biais d’une missive adressée au wali de Mascara, Ouled Salah Zitouni, annoncé leur décision de retrait de confiance au maire. Une décision, disent-ils, prise à l’unanimité des membres de l’APC, lors d’une réunion «extraordinaire», tenue le 3 juillet 2014. Ils reprochent au maire «la gestion unilatérale, l’utilisation du véhicule de l’APC à des fins personnels, le blocage du développement dans la commune, résidence hors la commune, l’octroi des bons de commandes sans la consultation de l’assemblée et l’offense aux fonctionnaires, les vice-présidents et autres membres élus». Contacté par téléphone, dans l’après midi de ce mercredi 16 juillet 2014, le maire de Makdha, Begga Miloud, a rejeté en bloc les faits que ses opposants lui reproche. «Je ne vois pas où se situe la gestion unilatérale ? Ces élu assistent aux réunions de l’assemblée, au terme des quelles ils signent les procès verbaux. Quant au développement de notre localité, nous sommes la première commune, dans la daïra de Ghriss, qui a réussi à consommer ses crédits qui lui sont alloués dans le cadre du Plan communal de développement (PCD) de 2013», a-t-il dit. M. Begga Miloud n’a pas hésité de révéler que «certains élus ont formulés des demandes pour l’acquisition de logements sociaux aux noms de leurs proches. Après l’affichage de la liste des 13 bénéficiaires, il y a une quinzaine de jours, et que les noms pour lesquels ils sont intervenus n’ont été retenus, ces gens ont exhibé le chantage du retrait de confiance». Le maire de Makdha nous a révélé, dans le même contexte, que «chacun des élus de l’APC de Makdha signataires de la motion de retrait de confiance a bénéficié d’au moins deux aides financières destinées à l’habitat rurale en son nom ou celui d’un proche» !   Continue reading
* Le Hamas palestinien rejette la trêve égyptienne : 16/07/14 - Les raids israéliens sur l’enclave palestinienne ont fait près de 200 morts et 1300 blessés en huit jours, en majorité des civils l Ils se sont poursuivis hier avec une rare intensité. Ghaza De notre correspondant Le mouvement palestinien Hamas a surpris hier tous les observateurs en rejetant en bloc une proposition égyptienne de trêve à Ghaza, pourtant acceptée sans hésitation par le gouvernement israélien. Affirmant avoir eu connaissance du plan égyptien par les médias, le Hamas a ainsi écarté tout cessez-le-feu qui n’inclurait pas un accord complet sur le conflit l’opposant à Israël. Plus concrètement, il exige l’arrêt des bombardements, la fin du blocus de Ghaza en place depuis 2006, l’ouverture du poste-frontière de Rafah avec l’Egypte et la libération des prisonniers arrêtés de nouveau après avoir été relâchés dans le cadre d’un accord d’échange contre un soldat israélien en 2011. «Un cessez-le-feu sans parvenir à un accord est exclu. En temps de guerre, on ne cesse pas le feu pour ensuite négocier», a déclaré à la presse Fawzi Barhoum, un porte-parole du Hamas à Ghaza. La branche militaire du Hamas, les Brigades Ezzedine Al Qassam, a carrément qualifié la proposition égyptienne de «reddition» et menacé d’«intensifier» sa lutte contre Israël. Est-ce le dernier mot du Hamas ? Peut-être pas. Un peu plus tard dans la journée, un membre de la direction politique du mouvement islamiste a tenu à nuancer le rejet massif dont avait parlé Fawzi Barhoum et a affirmé que «les consultations se poursuivaient». Offensive amplifiée De son côté, Israël a prévenu que si le Hamas rejetait la trêve et poursuivait ses attaques à la roquette, son armée amplifierait son offensive. «Israël aura toute la légitimité internationale pour élargir ses opérations militaires afin de ramener le calme nécessaire», a averti Benyamin Netanyahu, en recevant le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier à Tel-Aviv. Son cabinet de sécurité, qui réunit les principaux ministres, avait accepté à une large majorité une initiative de cessez-le-feu présentée par Le Caire, qui proposait un «arrêt total des hostilités aériennes, maritimes ou terrestres» à compter d’hier à 6h GMT et l’ouverture dans la foulée de négociations sur l’entrée des biens et des personnes dans l’enclave palestinienne sous blocus israélien. Mais après le «niet» du Hamas et la persistance des tirs de roquettes venant du côté palestinien, l’aviation israélienne a repris hier après-midi ses bombardements. Tel-Aviv avait observé une trêve de six heures. Une série de frappes ont visé l’enclave palestinienne, notamment la ville de Khan Younès (sud) et le quartier de Zeitoun, dans l’est de la ville de Ghaza. Les raids israéliens sur l’enclave palestinienne ont fait près de 200 morts et 1300 blessés en huit jours, en majorité des civils. Face à la détérioration de la situation dans Ghaza, le ballet diplomatique  s’accélérait hier. Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a pressé le Hamas d’accepter la trêve et s’est réjoui de la décision d’Israël de l’accepter. «La proposition égyptienne d’un cessez-le-feu et des négociations est l’occasion de mettre fin à la violence et de ramener le calme», a plaidé M. Kerry. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a, quant à lui, appelé les deux parties à respecter le cessez-le-feu. Il devait se rendre en Turquie, une alliée du Hamas, puis en Egypte, pour discuter de la situation à Ghaza, selon des sources palestiniennes. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a accusé Israël de «terrorisme d’Etat» et de perpétrer un «massacre» parmi la population civile. Si rien n’est fait pour l’arrêter, la nouvelle spirale de violences qui touche les territoires palestiniens occupés peut s’étendre très vite aux autres frontières d’Israël et déclencher ainsi un conflit régional. Continue reading
* Une équipe médicale au chevet des réfugiés subsahariens : 15/07/14 - Une opération de prise en charge médicale des Subsahariens a été menée par les services sanitaires à Oran. Selon la chargée de communication de la direction de la santé et de la population, «une clinique-mobile a été mobilisée pour assurer des consultations  aux migrants subsahariens. Le contrôle médical se fait par une équipe médicale composée de médecin, psychologue, sage-femme et des infirmiers, au niveau du lieudit Coca au secteur urbain Bouamama à l’ouest de la ville d’Oran». Cette cité a été choisie par une grande partie de ces migrants pour s’y installer. En plus des consultations, ces Subsahariens bénéficient d’une série d’analyses biologiques. Depuis près de 2 ans, Oran connaît un fort taux d’immigration clandestine. Une situation devenue inhumaine pour ces dizaines de Subsahariens. Les résultats d’une étude effectuée par l’ONG «Médecins du monde» sur un échantillon de Subsahariens ayant élu domicile au niveau du quartier dit de «Coca», ont révélé que ces migrants vivent dans des conditions précaires. Les femmes et les enfants dorment entassés à 10 ou 15 dans une pièce, sans accès à l’eau potable et sans sanitaire. «Les besoins en termes d’hygiène et de santé sont énormes», indique le rapport. Le rapport a aussi révélé que la majorité des enfants ne sont pas vaccinés contre les maladies contagieuses et que 50% de ces migrants souffrent de maladies liées au manque d’hygiène, comme les problèmes respiratoires, les inflammations et autres maladies.                   Continue reading
Presse dz24.info
Actualite Sports Politique sante economie culture

* The Smart Cube Releases Research and Analysis on the Impact of Climate Change on the Global Economy and Solutions to Help Mitigate Future Losses : 29/07/14 - This research outlines the billion dollar losses that climate change causes globally, cites which markets are most and least vulnerable and prepared to deal with future losses and outlines solutions to help mitigate future losses.(PRWeb July 29, 2014)R... Continue reading
* His Holiness Pope Tawadros II Meets Coptic Orphans? ?Serve to Learn? Volunteers : 29/07/14 - His Holiness Pope Tawadros II on July 12 held a special meeting with 21 participants in Coptic Orphans' Serve to Learn program, in which volunteers from all over the world visit Egypt to teach English to children.(PRWeb July 29, 2014)Read the full stor... Continue reading
* ESSIO Expands Spa Partner Program : 29/07/14 - ESSIO Shower partners with Burke Williams, Mandarin Oriental Hotel Group and Omni Hotel Group, among other key additions. ESSIO turns the everyday shower into a spa by diffusing 100% organic essential oils into the shower water at the perfect rate.(PRW... Continue reading
* Un avion d'Air Algérie avec 110 passagers disparaît des écrans radars : 29/07/14 - + DOCUMENT Air Algérie a annoncé avoir perdu jeudi le contact avec un de ses appareils assurant la liaison entre Ouagadougou et Alger, 50 minutes après son décollage. L’avion était affrété pour la compagnie charter espagnole Swiftair. Continue reading
* La Chine reçoit les stars de demain pour les Jeux olympiques de la jeunesse : 29/07/14 - La deuxième édition des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) s’ouvrira le 16 août prochain à Nanjing, en Chine. Douze jours de compétition qui doivent donner, à des jeunes athlètes âgés de 14 à 18 ans, «l’avant-goût d’un événement planétaire». Continue reading
* Jeux du Commonwealth ? Boxe ? Ariane Fortin écrit son prochain chapitre : 29/07/14 - La prochaine fois que vous lirez le magazine Sofadéco, portez attention à l'équipe de réviseures. Elle comprend une championne du monde en boxe. Continue reading
* Un avion d'Air Algérie transportant 110 passagers disparaît des écrans radars : 29/07/14 - Air Algérie a annoncé avoir perdu jeudi le contact avec un de ses appareils assurant la liaison entre Ouagadougou et Alger, 50 minutes après son décollage de la capitale au Burkina Faso. Continue reading
* Location Appartement Baraki Alger (Lkeria 45876 ) : 28/07/14 - annonce (45876) Location Appartement F3 à Baraki : Continue reading
* Vente Appartement Eucalyptus Alger (Lkeria 45875 ) : 28/07/14 - annonce (45875) Vente Appartement F2 à Eucalyptus : Continue reading
* Vente Appartement Bab Ezzouar Alger (Lkeria 45874 ) : 28/07/14 - annonce (45874) Vente Appartement F4 à Bab Ezzouar : Continue reading

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://www.france24.com/fr/actualites/rss/= (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Not Found ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
.........

Annuaire des Adresses 2011 - dz24.info - sitemap