Tourisme voyage Guide-dz.com

consultation ccp algerie

Rechercher:

Annuaire des Universites - Annuaire des ecoles - Annuaire des Agences de Voyages  -  Annuaire Gov.dz
Tout Les Guide-dz.Com

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Resultats:



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://fr.news.search.yahoo.com/rss?ei=UTF-8&p==consultation ccp algerie (HTTP Response: HTTP/1.0 400 Bad Request ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
Presse dz24.info » Search Results » consultation
Actualite Sports Politique sante economie culture

* Un hôpital qui fonctionne normalement, ce n?est pas impossible : 29/10/14 - Abdelilah, la quarantaine, est tout sourire lorsque la chargée des admissions lui annonce que son hospitalisation est prévue pour la semaine prochaine au niveau de l’établissement hospitalier (EPH) Dahmani Slimane de Sidi Djilali. Attitude assez rare chez un patient, surtout quand on connait la qualité des soins dans nos hôpitaux. C’est que Abdelilah, souffrant de problèmes gastriques, connait bien cet établissement où son frère s’est fait opéré avec succès il y a quelques mois. «Il n’y a rien à redire, la prise en charge du malade est correcte. En plus, ici, on a plus de chance de se faire délivrer un rendez-vous dans des délais raisonnables, contrairement au centre hospitalo-universitaire (CHU) de la ville souvent saturé», nous confie-t-il dans le hall de l’EPH où le visiteur est, tout de suite, frappé par la propreté des lieux. A l’intérieur, on est loin du brouhaha et des va-et-vient incessants observés au CHU de la ville. L’accès aux différents services est soumis à des règles strictes. Des services qui respirent le calme et la sérénité. Ici, l’odeur typique des hôpitaux, mélange de désinfectants et de médicaments, est presque absente. L’effet psychologique est immédiat: «Voilà un hôpital qui vous donne envie de tomber malade», ironise Mohamed, notre accompagnateur, lors de notre visite à l’EPH. Mis en service en mai 2013, l’EPH dispose d’une capacité d’accueil de 120 lits. Située à Sidi Djillali, cette infrastructure à l’architecture moderne dispose de services d’urgences médico-chirurgicales (UMC), de chirurgie générale, de pédiatrie, de médecine interne, de radiologie et d’analyses, de gastro-entérologie, d’endoctrino-diabétologie et de rééducation fonctionnelle.Pour le Dr Bousslama Hamida, médecin généraliste, directrice des services sanitaires, bon nombre de patients préfèrent être soigné à l’EPH de Sidi Djillali pour la réputation qu’il s’est forgé depuis sa mise en fonction. Rationalité Avec sept chirurgiens, cinq médecins réanimateurs, deux médecins interniste, un cardiologue et deux gastro-entérologues ainsi que d’autres spécialistes, l’EPH n’a pas seulement vocation à soigner les habitants de la nouvelle ville de Sidi Djilali. Et pour cause. «Les consultations spécialisées se font en externe, dans les centres et établissements sanitaires (EPSP) de proximité implantés à travers la ville, de sorte à alléger le travail du personnel médical et à maitriser au mieux le processus de prise en charge du patient», nous fait remarquer M. Benamara Mohamed, directeur de cet établissement depuis juin dernier. «L’accueil, le diagnostic et l’orientation des malades se fait en amont pour une meilleure prise en charge médicale. C’est pour éviter cette image de malades qui s’entassent, à longueur de journée, dans les salles d’attente pour consultation», ajoute-t-il. Pour les urgences, le service des UMC est, depuis peu, largement sollicité avec en moyenne une centaine d’admission par jour. «Depuis quelque mois, les UMC  tournent à plein régime, 24h/24. Nous sommes constamment sollicités en raison de la disponibilité d’équipements médicaux neufs et la qualité des soins d’urgence. Une extension de ce service est même prévu à l’avenir», indique M. Benamara. Mais son plus grand motif de fierté, demeure le transfert récent du service d’oncologie du CHU vers l’EPH. «Notre établissement vient en appui à cette structure». Preuve qu’un établissement hospitalier qui fonctionne normalement en Algérie, existe bel et bien ! Continue reading
* Santé publique : L?offre de soin est mal en point ! : 29/10/14 - La qualité de service dans certains établissements de la santé publique dans la wilaya de Mascara est très insatisfaisante. C’est du moins l’avis que partagent de nombreux citoyens avec lesquels nous nous sommes entretenus. Ce lundi 27 octobre 2014, vers 18h, les médecins généralistes et les infirmiers qui assuraient des consultations au niveau du service des urgences de l’établissement public hospitalier (EPH) Yessaâd Khaled de Mascara étaient «débordés» face au nombre important des patients et leurs accompagnateurs venus pour consultation. La scène était affligeante. La salle d’attente était trop exigüe pour contenir une foule nombreuse composée de malades, de leurs accompagnateurs et, surtout, de personnes venues rendre visite à leurs proches en cette heure où les visites sont interdites. Même les deux agents de sécurité n’ont pas pu éviter une telle pagaille. «J’essaye de ne pas perdre mon sang froid. C’est difficile d’assurer une bonne prestation de service dans de telles conditions», nous dira un infirmier en tenue bleue, en train de préparer l’injection de sérum dans l’une des salles d’observation. De l’autre côté, les deux bureaux des médecins, à l’extérieur comme à l’intérieur, sont bondés de monde au point où le médecin, une jeune femme, ne pouvait même pas respirer. «Ma mission consiste à effectuer des auscultations et non d’assurer l’ordre et la sécurité. Comment voulez-vous avoir des prestations de service de qualité dans des conditions pareilles?», s’interroge un médecin. De leur côté, des patients qui attendaient leur tour devant le bureau du médecin ont qualifié la qualité de service de «parfaitement insatisfaisante». Tout le monde s’entend à dénoncer l’anarchie et fait endosser la responsabilité à la gestion «archaïque» du système de santé. «Pour améliorer la qualité des prestations de service, il faut impérativement imposer l’ordre dans les établissements de santé», nous lance une femme qui accompagne son mari. Un infirmier de l’ancien hôpital de Mascara, EPH Dr Khaled, nous a annoncé que le manque d’effectifs dans des hôpitaux constitue le nœud du problème : «Le déficit en matière de personnel paramédical est la principale cause de la dégradation de la qualité de service dans la majorité des établissements de santé». L’absentéisme est également l’un des maux dont souffrent les hôpitaux. Dans ce contexte, un sexagénaire dira : «Il y a des services où l’absence des praticiens spécialistes fait partie du quotidien». D’autres citoyens dénoncent «la non disponibilité de nombreux médicaments». «Mon père a passé 19 jours dans le coma. Durant cette période, nous étions dans l’obligation d’acheter des seringues, insuline, médicaments et même un matelas orthopédique». «La qualité de service dans cet hôpital reste limitée», témoigne D. S, une fille de 20 ans. Cette situation qualifiée par des citoyens et même des praticiens d’«affligeante» est le résultat «d’un manque flagrant de déontologie et du sens de responsabilité». Contacté par nos soins, un responsable du secteur dira : «des efforts importants sont déployés par l’État pour une meilleure prise en charge des malades. À titre de rappel un important nombre de spécialistes motivés par le bénéfice d’un logement ont été recrutés et des sommes colossales ont été dégagées, soit pour l’équipement et la réhabilitation des infrastructures de santé existantes, soit pour la réalisation de nouveaux établissements». Quelle est la cause de ce marasme ? «Les efforts de certains se heurtent à l’indifférence et le laxisme des autres», nous dit-on. Continue reading
* LE PROJET DE LA NOUVELLE CONSTITUTION MIS SOUS LE COUDE : Silence, on révise! : 27/10/14 - Deux consultations politiques et une commission de spécialistes n'ont pas suffi à concrétiser la promesse d'une révision constitutionnelle faite il y a plus de trois ans. Continue reading
* Conflit au Sahara Occidental : L?ONU face au blocage marocain : 27/10/14 - Le Conseil de sécurité des Nations unies examinera aujourd’hui la mise en œuvre du plan de paix au Sahara occidental, rendez-vous ayant été pris lors de sa réunion d’avril dernier lors de laquelle a été décidée une profonde révision du processus en question tel que mené depuis septembre 1991. Tel qu’envisagée, l’approche en question, devant mettre fin au statu quo actuel, devra être dévoilée au mois d’avril 2015. Quant au rendez-vous d’aujourd’hui, qualifié de «cruciale» par le secrétaire général de l’ONU dans son rapport d’avril dernier, il a bénéficié du soutien du Conseil de sécurité, tout en annonçant que Christopher Ross (envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental) «fera la première évaluation de sa nouvelle approche basée sur des consultations bilatérales et une navette diplomatique». Qu’en sera-t-il au juste, d’autant plus que l’instance onusienne a maintenu sa position et une solution passant pas l’exercice par le peuple du Sahara occidental de son droit à l’autodétermination. Sauf que l’envoyé personnel de Ban Ki-moon n’a pu se rendre dans la région comme cela devait se faire, le Maroc, arguant des questions d’agenda, s’oppose à sa venue annoncée pourtant depuis le mois de mai. C’est aussi le cas de Mme Kim Bolduc, nommée représentante spéciale du secrétaire général pour le Sahara occidental, qui n’a pu prendre ses fonctions en raison de l’obstruction du Maroc dont les dirigeants tiennent un tout autre langage, laissant penser à des «relations constructives» avec le secrétaire général. Aussi, finit-on par se demander, comment, alors même qu’il y a blocage systématique ? Faut-il penser toutefois, comme le font certains, que l’ONU n’aura rien à débattre ou encore «à se mettre sous la dent» ? En d’autres termes, cela empêchera-t-il l’instance onusienne de dire son appréciation d’une telle situation qui ne saurait être qualifiée de surprenante, le Maroc ayant multiplié les entraves, s’opposant même au travail accompli par M. Ross en demandant qu’il en soit démis ? On connaît la réponse de M. Ban, mais aussi celle de pays réputés proches de Rabat, mais pas de ses thèses puisqu’aucun d’entre eux n’a reconnu l’occupation marocaine du Sahara occidental, comme en attestent les différents votes dans les enceintes internationales. Un véritable rappel à l’ordre et Rabat s’y est soumis en renonçant à son exigence. C’était déjà le signe d’un certain agacement, et ce, d’autant que la question du Sahara occidental a gagné en audience avec une mobilisation internationale fortement remarquée. De très nombreuses organisations internationales se sont emparées de cette question, toutes soutenant le droit du peuple sahraoui à l’indépendance. Il devient alors de plus en plus difficile de maintenir le statu quo, celui-ci devenant même dangereux. C’est bien Christopher Ross qui soulignait, en février 2012, que «l’absence de solution augmente les risques et le coût pour les parties prenantes et pour la communauté internationale» et qu’un règlement de ce conflit «se fait attendre». C’est sur cette base que des personnalités de renom ont décidé de s’engager et c’est pour contester le blocage marocain qu’elles s’en sont retirées. Beaucoup pensent qu’aujourd’hui, les urgences, comme elles sont considérées au plan international, même si de telles appréciations sont autant d’aberrations conduisant aux pires injustices, sont partout. Il devient certain que le Conseil de sécurité aura à prendre acte d’un blocage délibéré, alors même que sa mission s’inscrit dans le cadre d’un accord auquel étaient parvenues les parties en conflit, Front Polisario et Maroc, avant que ce dernier se rétracte, mais sans jamais être suivi par un quelconque membre de l’ONU.  Continue reading
* La charte d?adhésion volontaire adoptée et signée : 26/10/14 - Des professionnels dénoncent l’anarchie qui règne au port et les pêcheurs clandestins. Les consultations avec les différents acteurs et partenaires spécialistes dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture ont abouti à l’élaboration de 22 recommandations dans toutes les filières d’activité à Annaba. C’est au terme de la 7ème et dernière rencontre, entamées depuis septembre jusqu’à la fin octobre, qu’une charte a été élaborée, présentée et signée, fin de semaine, par le directeur de la pêche de Annaba, M. Naït Djoudi Farid, le conseillé auprès du ministère de la pèche et M. Telli Cherif, le président de la chambre de la pêche artisanale et de l’aquaculture de Annaba. La signature de la charte d’adhésion volontaire pour un développement responsable et durable de la pêche et de l’aquaculture implique un partenariat entre l’administration publique et l’ensemble des acteurs professionnels des segments d’activité de la pêche et de l’aquaculture. En effet, elle n’occulte aucune activité allant de la commercialisation et de la valorisation, jusqu’à la protection et la conservation des produits ou des ressources extraites des écosystèmes marins et continentaux. Elaborée dans le cadre du plan «Aqua pêche 2020», cette charte représente le premier acte fondateur de ce nouveau partenariat. «Cette charte contribue aux objectifs d’un développement durable et responsable pour les secteurs précités et vise en particulier l’engagement collectif des professionnelles qui constituent dans leur diversité le secteur de la pèche et de l’aquaculture. Elle constitue aussi un engagement destiné à conforter la place des pêcheurs artisans et des aquaculteurs ainsi que des acteurs des filières, au centre des économies littorales, en pleine responsabilité dans une gouvernance participative voulue par l’Etat pour atteindre les objectifs assignés au plan aqua pêche 2020» nous a déclaré M. Ammi Amara directeur de la pèche à Annaba. De son côté, un professionnel de la pêche n’a pas manqué de faire le parallèle entre cette action de développement et la situation réelle au niveau du port de pêche «La Grenouillère». Pour lui, «c’est l’anarchie totale qui règne au niveau du port de Annaba. Des pécheurs fraudeurs ont la possibilité de travailler plus qu’un pêcheur diplômé de l’école de pêche. A cela il faut ajouter l’insécurité et le manque de commodités professionnelles dont  les outils de travail.». A ces insuffisances, le conseiller auprès du ministère de la pêche rassure : «Actuellement, nous sommes en train d’identifier les pêcheurs à travers le bail de location à l’effet de les soumettre au registre du commerce nécessaire pour recouvrir la taxe. Certes, 80 % de l’outil de travail est vétuste car auparavant, nous travaillons avec l’entreprise ECOREP avec ses six unités qui ont été dissoutes. Aujourd’hui, il ne reste que l’unité de Bouharoune (Tipaza). Cette dernière souffre de difficultés financières. L’Etat l’a financé avec deux milliards de dinars pour se remettre à pied. Malheureusement, ECOREP ne fabrique qu’un seul chalutier tous les trois ans. Même les pêcheurs qui travaillent avec quatre autres entreprises privées ne sont pas satisfaits ni sur le plan du cout ni sur celui des délais de livraison. Nous demandons à avoir un partenaire étranger.». Dans la wilaya de Annaba, il y a quatre associations de pêcheurs implantées dans les cités Seybouse, Sidi Salem, Chetaîbi et la Caroube. Il est à noter que la plage de  Seybouse (ex joinonville) est désignée pour abriter le nouveau port de pêche. L’extension du port commercial s’étendra jusqu’à Seybouse, ce qui le reliera au futur port de pêche. Continue reading
* DANS LE CADRE DES CONSULTATIONS ENTAMÉES PAR LE PARTI : Hamrouche chez le vieux parti de l?opposition : 26/10/14 - Une délégation du Front des forces socialistes (FFS) s'est entretenue hier, à Alger avec l'ex-chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche, à l'occasion de laquelle elle a Continue reading
* Santé : Une équipe médicale pluridisciplinaire à Tamanrasset : 26/10/14 - La Direction de la santé et de la population (DSP) de Tamanrasset a indiqué, jeudi, qu’une équipe médicale pluridisciplinaire a été dépêchée dans le cadre d’un jumelage entre le Centre hospitalo-universitaire d’Alger, Mustapha-Bacha et l’Etablissement public hospitalier (EPH), Mesbah Baghdadi de Tamanrasset. L’équipe, composée de dermatologues, ophtalmologues, pédiatres, cardiologues et d’oto-rhino-laryngologistes est chargée de dispenser des consultations gratuites, et ce, du 24 au 28 du mois en cours, au profit des malades de la région à travers tous les EPSP (Etablissements  publics de santé de proximité) de la ville. Les consultations se font suivant le programme élaboré par la DSP, qui a tenu à informer que les malades présentant des pathologies dermatologiques sont orientés vers les polycliniques de Tahaggart et Adriane. L’EPSP du 5 Juillet accueillera les malades souffrant de problèmes cardiaques. Les consultations relatives aux maladies infantiles se feront au niveau des EPSP de Sersouf et Adriane. La branche de l’oto-rhino-laryngologie est prise en charge au niveau de l’EPH, précise-t-on à la DSP.   Continue reading
* CONFÉRENCE DE CONSENSUS DU FFS : Les soupçons de la CNLTD : 25/10/14 - La CNltd accuse le pouvoir d'être derrière la démarche du FFS après l'échec des consultations sur la révision de la Constitution. Continue reading
* Fenaïa bientôt raccordée au barrage Tichi Haf : 22/10/14 - Fenaïa, une petite commune rurale lovée sur la rive gauche de la Soummam, compte parmi les nouvelles circonscriptions inscrites pour bénéficier de la connexion à l’eau du barrage Tichi Haf, selon un responsable de l’hydraulique. «Le projet de transfert de l’eau du barrage Tichi Haf vers la commune de Fenaïa est sur le point de connaître un début de réalisation, en ce sens que le dossier technique, de même que les consultations pour la sélection des entreprises réalisatrices, ont été menés à bon port», a déclaré un responsable de la direction des ressources en eau.Et d’ajouter que «le projet a même fait l’objet d’une attribution provisoire. Si ce choix est confirmé par la commission des marchés publics de la wilaya, des notifications d’ordre de service seront adressées aux entreprises titulaires du marché à l’effet d’ouvrir le chantier». A cet effet, une AP (autorisation de programme) d’un montant de 987,21 millions de dinars est mobilisée sur les fonds sectoriels pour prendre en charge le coût de ce projet qui, nous signale-t-on, prévoit de raccorder également la commune de Chemini. La réalisation des travaux d’adduction fera intervenir simultanément trois maîtres d’œuvres, nous indique-t-on. La même source a indiqué, également, qu’«un délai contractuel de 40 mois est accordé à ces entreprises pour livrer le projet». Les perspectives en matière de distribution publique d’eau potable, s’annoncent donc prometteuse pour ces deux communes qui souffrent d’une pénurie chronique. «Toutes les localités de notre commune sont, peu ou prou, confrontées au manque d’eau potable. En été, la pénurie se fait encore plus pressante, et les citoyens n’ont d’autres choix que de recourir au système D pour faire leurs provisions d’eau», rapporte un citoyen du village Smaoun, dans la commune de Chemini », dit un quadragénaire d’Ilmaten. Pour lui, «Notre localité a trop enduré les ruptures d’approvisionnement, consécutives aux pannes et à la rareté du liquide. L’idée d’avoir de l’eau en suffisance me réchauffe le cœur», pavoise un.   Continue reading
* Du rayonnement au lugubre : 22/10/14 - Depuis plusieurs mois, le service n’assume pas les urgences ou les simples actes chirurgicaux, préférant orienter les malades vers les cliniques privées. La direction rassure quant à la mise en exploitation des deux accélérateurs du Centre anti-cancer. Il y a quelques années, le service d’ophtalmologie du CHU de Constantine rayonnait sur tout l’Est algérien et même au-delà en prenant en charge toutes les pathologies liées à cette spécialité. Bien mieux, les spécialistes qui ont eu l’honneur de côtoyer les grands ophtalmologues, font actuellement le bonheur de leurs wilayas d’origine, alors que le service domicilié au CHU de Constantine, pourvoyeur par excellence des compétences médicales à travers le territoire national, se trouve dans un état végétatif, presque agonisant. Feu docteur Hocine Benkadri, ex-directeur du CHUC, résumait cet état des lieux par une formule sentencieuse : «Du prix Nobel à la tasse de café», et le service d’ophtalmologie en est la preuve irréfutable. En effet, voilà plusieurs mois, sinon des années que ce service n’assume rien, même pas les urgences ou de simples actes chirurgicaux, préférant orienter les malades vers des cliniques privées avec toutes les conséquences que cela engendre. «Effectivement, ce service est pratiquement à l’arrêt, puisque, seules, quelques consultations basiques sont effectuées par une équipe très réduite, à la limite d’une simple occupation des lieux et c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de fermer cette structure pour opérer à des travaux en profondeur qui dureront une année, bien sur en la dotant de tous les équipements de dernière génération», nous explique le chargé de communication du CHUC. Bien tardive, cette mesure qui pénalisera davantage les malades de toute une wilaya, notamment pour les cas d’urgence lesquels, sans une prise en charge immédiate, entraînent des séquelles irréversibles. Traitement des déchets Par ailleurs, notre interlocuteur nous rassure quant à la mise en exploitation des deux accélérateurs du Centre anti-cancer pour nous déclarer : «La date butoir sera respectée, soit la fin de l’année et nous aurons une capacité d’accueil de 240 malades/jour, avec ceux de Sétif, Batna et Annaba, nos malades connaîtront une nette avancée quant à leur prise en charge, c’est-à-dire, la réduction des rendez-vous pour leurs séances de radiothérapie». L’on apprend aussi que le CHU compte réceptionner des banaliseurs, une sorte d’incinérateur qui auront à traiter tous les déchets que l’hôpital génère, sans nuisances pour l’environnement immédiat. Pour rappel, la gestion des déchets, notamment septiques a été catastrophique pour tout le monde et ce depuis des années. A une question relative à l’hygiène de l’hôpital qui suscite beaucoup d’appréhensions et d’inquiétudes, notamment au regard des risques d’infection nosocomiales, il nous informe que la direction compte se doter de produits de désinfection spécifiques aux hôpitaux pour nous dire : «Le directeur, conscient de ces insuffisances, travaille déjà avec des professionnels de l’hygiène en milieu hospitalier pour doter le CHU de moyens modernes qui ne feront que rassurer, et les malades et les praticiens», notera-t-il. Notre interlocuteur nous informe que le Chu va réceptionner dans les trois semaines a venir, toute une logistique en matière de signalisation, le but, étant de réglementer une circulation à l’intérieur de l’enceinte du CHU, longtemps paralysé par des comportements, à la limite de l’absurde. Des hôtesses d’accueil seront formées pour orienter les visiteurs. A noter enfin que la direction a supprimé les visites nocturnes et celles des après-midi, une mesure qui soulagera, d’abord les malades et le personnel soignant et délimiter les responsabilités de chacun en cas de défaillances, notamment le vol matériel et autres consommables et même de…bébés. Continue reading
Presse dz24.info » Search Results »
Actualite Sports Politique sante economie culture

* Egypt?s oil and gas sector: Important industry discussions on 18-19 February in Cairo : 29/10/14 - IRN will soon host the Egypt Oil & Gas 2015 Summit, the first high-level meeting addressing all aspects of the upstream and downstream sectors; from E&P, past and future licensing rounds to a deep analysis of the national gas market. The Summit... Continue reading
* Heron Suites to Attend LI GLBT Expo : 29/10/14 - Great Grady Days are going on now through Nov. 3.(PRWeb October 27, 2014)Read the full story at Continue reading
* BinaryBook Reports on Mid-East Countries Seeking International Investment : 29/10/14 - BinaryBook.com economic analysts believe that international investment remains pivotal to rebuilding the fractured economies of Middle East countries. The economic impact of civil unrest across the region has been substantial, with soaring unemployment... Continue reading
* Handicap International Urges Countries Attending Syrian Refugee Conference to Include Most Vulnerable in Humanitarian Relief : 29/10/14 - As winter approaches, the international community must increase aid to millions of refugees.(PRWeb October 27, 2014)Read the full story at Continue reading
* Digital Signage Market Application (Commercial, Infrastructure, Institutions, Industrial) Forecast to 2014 ? 2020 ? New Report by MarketsandMarkets : 29/10/14 - The commercial application of digital signage includes verticals such as corporate sector, retail, and healthcare, and hospitality verticals.(http://www.marketsandmarkets.com/Market-Reports/digital-signage-market-513.html (http://www.marketsandmarkets.... Continue reading
* Bureaux & Commerces Fond de Commerce à Barcelone ? 2000000 Dinars DA : 29/10/14 - vend fond de commerce hotel cote de barcelona toutes licences au jour bar et restaurant. bonne chiffre affaire 390.000 euros gran oportunite
Ajoutée le :29/10/2014 22:38 Continue reading

* Yamaha Yamaha à Sidi Bel Abbès ? 99999 Dinars DA : 29/10/14 - les poings acrapovic avec ligne aussi avec visière aromaux plus accroires tous rezoma plus led (diot) 0550975788
Ajoutée le :29/10/2014 22:16 Continue reading

* Analyse technique forex du 30/10/2014 : 29/10/14 - Chères lectrices, chers lecteurs, Chaque matin, l'équipe de Forex.fr vous propose l'analyse technique du jour pour les principaux cross du marché des changes pour la séance du  30/10/2014 . Pour mettre ... Continue reading
* (En cours) Torino 1 ? 0 Parme (Belfodil et A.Ghezzal) : 29/10/14 - Belfodil est dans le onze rentrant de Parme qui est en déplacement chez le Torino pour le compte de la 9ème journée de Serie A, par contre Abdelkader Ghezzal est lui sur le banc de touche Continue reading
* Arsenal : Un coach allemand pour succéder à Wenger ? : 29/10/14 - Ayant fait son temps en tant qu'entraineur des Gunners d'Arsenal, Arsène Wenger qui est sous contrat jusqu'en juin 2017 avec Arsenal, pourrait choisir d'arrêter à cette date Continue reading

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://www.france24.com/fr/actualites/rss/= (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Not Found ) in /home/dz24/public_html/magpierss/rss_fetch.inc on line 238
.........

Annuaire des Adresses 2011 - dz24.info - sitemap